Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MORGES/Le livre est bien sur les quais pour la sixième fois

Ils sont venus. Ils sont tous là, ou presque. Alignés comme des choristes d'opéra, les écrivains se retrouvent pour la sixième fois sous tente à Morges. Ils signent. Notez qu'ils ne prennent pas tous la plume en même temps. Un gros horaire, du genre CFF, signale d'ailleurs au mur les temps de présence. Les gens connus font de simples apparitions, un peu comme la Vierge à Lourdes. Les autres tentent d'attirer l'attention. Un exercice peu gratifiant. Qu'il doit être dur de rester assis là, quand nul ne vous demande pas la plus petite dédicace... 

Il y a quelques mois, un coup de tabac secouait la jeune manifestation morgienne, située il est vrai en bord de lac. Les augures, qui sont toujours mauvais, ne donnaient pas cher de sa survie après le départ de Vera Michalski, de Payot et de Pierre-Marcel Favre. Tout s'est apparemment calmé. L'édition 2015 a bien lieu. Les auteurs sont là par centaines (325!) et les lecteurs par milliers. Ces gens achètent. Ils écoutent des conférences et des débats. Les plus courageux d'entre eux s'embarquent même pour des «croisières littéraires» ressemblant à des prises d'otage. Ils seront là jusqu'au bout, à moins de rentrer à la nage.

Les Suisses et les autres 

Sur le plancher des vaches (sur terre, donc), il se trouve des noms connus dans tous les genres. Pour ce festival voué non pas aux éditeurs, comme le Salon du Livre à Genève, mais aux auteurs, il y a un vague classement par âge et par nationalité. Les enfants se trouvent à un bout de la tente. Chez les adultes, les Suisses se distinguent des étrangers, qui vont de Nancy Huston à Daniel Picouly en passant par Yasmina Khadra. La chose n'empêche pas les collisions de genre. La sexologue Juliette Buffat se retrouve non loin du très littéraire Daniel Maggetti. Notez qu'elle est également proche de Coline de Senarclens, une blonde à l'air très convenable, qui vient d'écrire «Salope!». 

Pour obtenir son autographe, certains suivent une queue. Nancy ou Yasmina font bien sûr un tabac. Eric-Emmanuel Schmitt, qui joue désormais en prime les acteurs sur scène, aussi. Il faut dire que le Français possède sur elles un avantage. Il a bien dû écrire cinq livres depuis l'an dernier. D'autres cohues se préparent. Les chaises de Katherine Pancol, qui ne semble pas avoir de nouvelles «Muchachas» sur le feu, ou de Martin Suter sont vides. On voit que la para-littérature et la littérature peuvent ici se rejoindre. Il y a d'ailleurs à Morges cette année aussi bien Tristane Banon (l'une des affaires DSK), que Francis Lalanne (tous aux abris, même s'il ne chante pas ici!) ou Barbara Polla, qui se voue désormais pour l'essentiel à l'écriture. 

Voilà! Il me fallait bien opérer mon choix. Je vous propose donc deux rencontres avec des écrivains suisses avides de voyage, Daniel de Roulet et Alexandre Friederich. Les textes se trouvent dans le déroulé immédiatement au dessous de celui-ci.

Pratique

«Le livre sur les quais», divers lieux dans la ville, tente en bord de lac, Morges, encore ce dimanche 6 septembre. Site www.lelivresurlesquais.ch Photo (DR) Le logo de l'édition 2015, qui a bien lieu après les démissions de ce printemps. 

Prochaine chronique le lundi 7 septembre. Les Journées du patrimoine, c'est pour bientôt en Suisse. Mon choix 2015.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."