Canalluiginonb Web 0

Journaliste

Licencié en économie (Université de Genève), journaliste indépendant spécialisé en télécommunications, économie et investigation notamment avec des enquêtes sur le blanchiment d’argent et les escroqueries financières, Luigino Canal a été pendant 15 ans le correspondant en Suisse pour le quotidien économique français «Les Echos». Il a collaboré avec de nombreux médias suisses et italiens (Corriere della Sera, l’Espresso). Il se concentre désormais sur les grandes fortunes. Il participe depuis 15 ans à l’élaboration du classement de Bilan des 300 plus riches de Suisse.

Mode d’emploi pour les (riches) Français qui voudraient quitter leur (chère) patrie

«Expatriation fiscale pour les Français». Le titre du séminaire organisé cette semaine à Genève par Academy & Finance a le mérite de la clarté. Pendant deux jours, une pléiade d’avocats parisiens, luxembourgeois, belges et suisses a disserté sur les techniques les plus efficaces pour échapper aux crocs du fisc français. Quels pays est le plus favorable pour un exil, comment échapper aux pièges tendus par les contrôleurs, quelle stratégie patrimoniale mettre en œuvre, bref un vrai petit manuel pour l’exilé fiscal.

Le point essentiel pour un expatrié consiste à ne plus être considéré par Bercy comme un résident français. Cela semble évident et simple, mais les fonctionnaires des finances ne lâchent pas si facilement un contribuable. Ils tenteront par tous les moyens de démontrer qu’il séjourne encore (trop) régulièrement en France ou que ses centres d’intérêts se situent toujours dans l’Hexagone. «Il est primordial de quitter le pays avec armes et bagages et de ne surtout pas garder un foyer en France», met en garde Rémi Dhonneur. Cet avocat parisien spécialisé dans la fiscalité a dressé un catalogue de recommandations pratiques.

La France s’est désormais doté d’une police fiscale qui bénéficie d’un large champ d’investigation, avec enquêtes de voisinage, perquisitions et garde à vue. Elle peut même demander la mise sous écoute téléphonique et la géo-localisation du téléphone mobile d’un exilé. Comme pour une personne soupçonnée de terrorisme ou un grand délinquant !

L’avocat conseille donc de n’utiliser qu’un abonnement téléphonique étranger, d’éliminer les cartes de crédit françaises et de payer en liquide sur le territoire français. Les déplacements en France se feront de préférence en voiture pour éviter de laisser des traces avec les billets d’avions ou de trains. Ses comptes bancaires seront bien sûr transférés hors du pays. Et pas question de laisser ses enfants scolarisés en France.

Attention aussi à votre agenda, c’est une arme redoutable s’il tombe dans les mains de fisc lors d’une perquisition. «Je conseille à mes clients d’un faire un fictif, avec des rendez-vous hors de France, et de le laisser bien en vue sur le bureau»,  explique un fiscaliste.

Rémi Dhonneur a évoqué un cas réel, symptomatique de l’acharnement du fisc. Un joueur de tennis allemand, réside en Autriche où il bénéficie d’une imposition avantageuse basée sur une sorte de forfait fiscal. Mais, comme la plupart de ses contrats publicitaires concernent des sociétés germaniques, le fisc allemand estime qu’il reste son contribuable et lui réclame son dû. En parallèle, comme ce sportif possède une villa sur la Côte d’Azur où il séjourne en famille deux mois par an pour des vacances, le fisc français veut aussi le taxer sur l’ensemble de ses gains mondiaux. Son avocat a du batailler devant les tribunaux pour lui éviter une triple imposition.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."