Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Mme Soleil et l’immobilier

L’être humain n’aime pas l’inconnu (et les Suisses encore moins). C’est pourquoi, même les plus hauts dirigeants, sans l’avouer, font appel soit à des superordinateurs quantiques, soit à des voyants, lorsqu’il faut prendre une décision. En immobilier, comme dans les autres classes d’actifs, il en va de même.

Et c’est bien à l’image d’un caillou qu’on jette dans l’eau que les marchés sont confrontés. Le caillou a été jeté par la BNS, et les ronds continuent à se former. Conséquence: l’incertitude que les marchés n’aiment pas.

La situation générale est bien ancrée, en revanche. La Grèce va (très) mal, la France, comme Urssaf, Camcras et Carbalas, taxe tout ce qu’elle peut. Ici, Genève doit adapter son pourcentage sur le bénéfice immobilier après 25 ans de possession. Le taux pratiqué actuellement de 0% n’étant pas compatible avec le droit fédéral. Le rendement des fonds propres immobilier est plafonné normalement au taux BNS (2%) + 0.5.

Les caisses de pension ont besoin de 4% au minimum pour payer les retraites. Le taux unique d’imposition des sociétés, s’il peut amener un ballon d’air frais aux entreprises exportatrices, risque fort de faire partir quelques multinationales, décidées à optimiser leurs revenus fiscaux.

A l’orée des élections, l’aéropage genevois se vante de construire des tours à l’Etoile à Genève pour 2020, alors qu’elle a oublié que réside à cet endroit une entreprise vigoureuse, mais très dangereuse et qui plus est, possède encore un bail sur son terrain de plus de 30 ans. La leçon du développement de la Praille freiné par le passage des wagons de chlore n’aura pas été très instructive. A Berne, la loi sur l’aménagement du territoire est discutée pour que chaque mètre carré de zone agricole déclassé soit compensé par un mère carré rendu à l’agriculture. Mais personne n’a regardé ce à quoi ressemble la carte de Genève?! D’autant plus que Berne a imposé au canton le développement de Bernex Nord,… en zone agricole.

Pire encore, ceux qui rêvaient (encore) de pouvoir devenir propriétaire dans des logements abordables se voient refuser ce droit par le Tribunal Fédéral qui laisse le champ libre aux spéculateurs. Ceux-ci pourront s’accaparer librement les appartements aux prix contrôlés, pour les revendre une fois le contrôle échu.

Pendant ce temps, les procédures prennent inutilement des lustres pour être traitées et cela, cela a un coût de croissance et sur l’emploi. Mais qui s’en soucie ?!

Mais où va-t-on ?! On voit bien que dans ces heures de grandes incertitudes, il faut se préparer à une mer houleuse. Ne l’est-elle pas déjà ?! Le souvenir des trente glorieuses est encore très présent dans nos têtes comme grand moment de croissance « infinie » et de stabilité.

La stabilité réside probablement en l’instabilité. De ce fait, l’immobilier reste une terre d’asile stable et la grande correction prévue par nos établissements bancaires reste, à mon avis, peu probable. Elle est peut-être le fruit d’un ordinateur quantique ou tout simplement de Mme Irma. Chaque banque en a une.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."