Salamamichael

Conseil Entreprises & Start-ups

MBA, expert-comptable et ancien responsable des coûts à Genève, Michael se spécialise dans les métiers du chiffre et du conseil en Suisse. A la rencontre de ses clients, il assiste les projets de révision, de business plans et de coûts de nombreux entrepreneurs. Sa formation et son expérience lui permettent d’appréhender leurs problématiques avec méthode, d’assimiler rapidement des process complexes, d’avoir une vision pragmatique sur leur organisation et d’apporter des solutions adaptées, notamment digitales.

Tourisme durable : Outopia, la nouvelle plateforme qui reconnecte les Suisses à la nature

  • Crédits: Outopia
  • Crédits: Outopia
  • Crédits: Outopia

Tourisme durable : Outopia, la nouvelle plateforme qui reconnecte les Suisses à la nature

Depuis l’enfance, Félix Véricel évolue dans l’univers du voyage d’aventure. Tintin laisse rapidement sa place aux romans de Jack London, aux récits d’explorations de Nicolas Bouvier, aux carnets de voyage des grands reporters, des pionniers, des alpinistes intrépides. Voyageur exigeant, il parcourt les chemins de traverses aux quatre coins du globe, pour échapper à la monotonie de ses bureaux genevois. Pour se reconnecter à lui-même, sortir de sa zone de confort, il explore différentes pistes de réflexion. Le fondateur d’Outopia est un fervent défenseur de la vie au grand air à la mode scandinave, le friluftsliv qui devient sa nouvelle philosophie. Il nous confie que l’Alchimiste de Paolo Coelho a changé sa vie. Mais c’est lorsqu’il découvre le concept japonais d’Ikigai qu’il renonce à son statut de spectateur. Le matin de son premier triathlon, sa compagne lui annonce qu’il va devenir papa. 10 mois plus tard il met un terme à sa carrière trop bien huilée dans le négoce international. Sa liberté professionnelle retrouvée et l’arrivée d’un premier enfant accentuent son envie de se reconnecter à la nature et de se dépasser. Un projet s’impose à lui comme une évidence : Outopia est né.

Parlez-nous d’Outopia, quelle est la genèse de votre projet ?

Mike Horn est une grande source d’inspiration pour notre génération. On rêve (presque) tous de vivre des expériences grandeur nature. Mais ce besoin d’évasion est souvent freiné par le manque de temps et l’absence d’une offre packagée en Suisse. La demande existe, il y a un vrai besoin de nature et de reconnaissance au sein d’une communauté. Dans un monde hyperconnecté, on peut parfois éprouver de la solitude lorsqu’on veut organiser une randonnée ou sortie à la montagne. Notre nouvelle plateforme digitale permet de mettre en relation des passionnés de grands espaces autour de chez soi. J’ai beaucoup voyagé c’est vrai, ce qui n’a fait que confirmer mon amour de la Suisse. Je suis convaincu que notre pays possède tous les atouts pour créer le tourisme de demain. À l’instar du nouveau label Swisstainable dans lequel notre démarche s’inscrit.

C’est dans cette perspective qu’Outopia ambitionne de créer des micro-aventures outdoor en étroite collaboration avec les professionnels suisses. Ces courts séjours (de 1 à 7 nuitées) répondent à ce besoin de vivre des aventures hors du commun. Se ressourcer et s’extraire du quotidien sans partir à l’autre bout du monde. Jour après jour, on voit tous défiler des images de paysages à couper le souffle sur les réseaux sociaux, on rêve d’ascensions sur des sommets enneigés, de lacs aux eaux cristallines, d’immenses forêts pour faire le plein d’air pur. Outopia nourrit cette utopie en invitant tout un chacun à sortir de chez soi, à quitter les écrans et à passer à l’action. Nous voulons rendre la nature plus accessible.

Comment vous différenciez-vous ?

Basé à Genève, Outopia est un nouvel acteur du tourisme suisse. Nous pensons que le tourisme de montagne doit s’inscrire dans la durabilité. Nos voyages s’inscrivent dans une démarche de sobriété heureuse. L’idée est simple : voyager moins loin et pourquoi pas, plus souvent. La Suisse ne se résume pas aux sports d’hiver, à la fondue et au Cervin.

Nos micro-aventures sont créées sur mesure par des professionnels expérimentés, sans intermédiaire. Nous sélectionnons pour notre communauté les coins de nature les plus sauvages pour concevoir des expériences uniques qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, des destinations hors des sentiers battus.

Toutes nos activités ont pour point commun d’être respectueuses de l’environnement, tous les départs sont accessibles en transport en commun et nous n’offrons aucune activité motorisée. L’accent est mis sur la reconnexion avec la planète et la sensibilisation aux enjeux environnementaux actuels.

Nous avons grandi avec Airbnb et Uber. Nous pensons que la digitalisation est la clé du renouveau pour développer une nouvelle offre touristique en Suisse. Outopia.co simplifie au maximum l’expérience client : recherche efficace, tarif juste et transparent, réservation et paiement en ligne immédiat.

À qui s’adressent vos micro-aventures ?

La montagne représente l’un des derniers espaces sauvages où la force et la beauté de la nature peuvent se vivre librement. Aujourd’hui, elle n’est plus seulement une destination d’habitués, elle attire une nouvelle clientèle à la recherche de grand air dans les Alpes suisses et l’Arc jurassien. Notre cible est exigeante face à une multitude d’informations, elle souhaite réserver en quelques clics, parfois à la dernière minute et sans perdre de temps.

Derrière cette tendance, il y a aussi un public pour qui partir loin est devenu banal voire coupable. Une population majoritairement citadine qui réside à Zurich, Lausanne, Berne, Genève ou encore Bâle. On favorise les mobilités douces et les circuits courts. On mange local et bio, on privilégie la mode éthique et responsable. On passe à la vitesse supérieure en appliquant nos écogestes lorsqu’on décide de partir en vacances. Il y a une vraie volonté de redonner du sens au voyage.

Les prochaines étapes ?

Outopia est une start-up. Notre premier objectif est de valider notre concept et de définir notre coût d’acquisition client. C’est pourquoi notre offre est volontairement restreinte cet été. Une communauté de passionnés est en train de voir le jour. Avec elle, les premiers partenariats stratégiques et financiers permettront le développement de l’entreprise à plus grande échelle dès les saisons suivantes.

Les restrictions de voyage liées à la pandémie de Covid-19 renforcent encore l'attrait du local comme premier choix de destination pour les voyageurs. En attendant le retour des touristes internationaux et un possible phénomène de "revenge travel", nous pouvons compter sur le potentiel important de la clientèle suisse puisque la randonnée pédestre constitue l’activité de sport et de loisirs la plus populaire du pays. Passer du temps au grand air est une motivation très importante pour près des trois quarts des Suisses (On compte déjà 3 millions de randonneurs parmi les résidents âgés de 15 à 74 ans. Ils représentent un chiffre d’affaires de 3 milliards de francs suisses.)

Pour rappel, en 2018, le marché mondial du tourisme d'aventure a généré 600 milliards de dollars de chiffre d’affaires avec un taux de croissance annuel de 13%. En Suisse, les deux principales activités outdoor, la randonnée et le vélo, ont attiré 16 millions de visiteurs étrangers en 2019 pour un CA de 6 milliards de francs. Un chiffre multiplié par 8 en seulement 10 ans…

Pour (re)visiter la Suisse et devenir acteur d’un tourisme durable, rendez-vous sur Outopia.co.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."