Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

Mercedes 250 SE Cabriolet - La belle endormie

Imaginez le privilège: tirer d’un long sommeil un vénérable cabriolet des années 60. Plus de quatre ans de repos total, après n’avoir parcouru que 2’000 km en 20 ans. S’agissant de la production de certaines marques (non! nous ne les citerons pas, pas la peine d’insister...), mille précautions seraient nécessaires. Rien de cela avec la belle du jour: la batterie chargée, un tour de clé suffit à réveiller la mécanique. Combien de voitures actuelles pourraient s'enorgueillir d’une telle prouesse...?

Les dimensions du cabriolet Mercedes sont imposantes - quatre occupants et leur bagage y trouvent facilement leur place -, ce qui ne l’empêche pas d’arborer une ligne dessinée avec finesse, en particulier de trois-quart arrière (angle qui n’est habituellement pas le plus flatteur). La qualité de construction générale apparaît comme une évidence et ne prête pas flanc à la moindre critique. Le bruit d’une portière qui se referme en dit plus qu’une longue histoire...

A bord, le confort est royal. Direction très assistée (mais néanmoins précise), quatre freins à disque, des fauteuils généreusement dimensionnés, la route semble pouvoir s’étirer à l’infini sans entamer le moins du monde le moral des passagers. Seul le moteur apparaît un peu juste (6 cylindres de 2,5 l., 150 chevaux), obligeant à jouer de la boîte à vitesses - au demeurant très docile - pour rester dans la plage de régime optimale. Rien qui n’empêche cependant de goûter aux joies du plein air en famille. Un plaisir pas si fréquent pour l’époque (1965 pour l’exemplaire du jour), tant les cabrios quatre places étaient peu nombreux hormis les Rolls et Bentley, d’un tout autre tarif (hier comme aujourd’hui, à l’achat et à l’entretien).

Voilà donc une auto à (re)découvrir sans attendre! De plus en plus rare (950 exemplaires construits au total) mais encore abordable (cote stable aux environs de CHF 75’000.-), elle saura réconcilier les amateurs d’anciennes ayant une approche pragmatique - comprenez sans grand risque mécanique et financier - de la voiture de collection. De l’huile, de l’eau et un peu d’essence, voilà le peu d’ingrédients nécessaires au bonheur de rouler différemment, avec femme et enfants. Que demander de plus?

Voiture mise gracieusement à disposition par www.christophgrohe.com

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."