Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Même si parfois la météo nous dit qu’on est déjà en septembre, c’est encore les vacances

Je pourrais écrire 12 pages de résumé boursier ce matin, mais je crois que l’on peut simplifier la chose en disant que, hier, le volume des échanges était 20% en-dessous des moyennes saisonnières (un peu comme les températures), sachant que les moyennes saisonnières des volumes en août sont habituellement déjà pathétiquement basses. Si on est encore en-dessous d’en-dessous, c’est que l’ennui nous guette.

Il y a bien eu UN chiffre économique qui a attiré notre attention, mais il n’y avait pas non plus de quoi sauter de joie parce que ce dernier nous générait une information exceptionnelle qui allait changer notre perception du trading ces 12 prochains mois. C’est tout juste si « l’Empire Manufacturing » de la région de New York a produit de l’effet sur le marché pendant environ 12 minutes. Il était nettement en-dessous des attentes et nettement plus bas que celui du mois de juillet.

D’ailleurs, je n’aimerais pas être à la place de Yellen, parce que quand on voit la tronche des dernières données économiques aux USA et le ralentissement supposé (pour ne pas dire le coup de frein brutal) de l’économie chinoise, on ne peut pas dire que l’inflation est à nos portes et qu’il y URGENCE de monter les taux. Et si le fait de les monter plantait complètement l’économie US?

Bon, le chiffre d’hier n’aura servi que d’excuse pour parler de quelque chose pendant les premières heures de la journée à Wall Street. Ensuite, on a ouvert en baisse et on s’est appliqué le reste de la séance à remonter et à terminer en hausse. Histoire d’aligner la troisième séance consécutive à la hausse.

Par contre, il vaudrait mieux ne pas poser la question : « mais pourquoi on est monté ? », parce que franchement personne ne le sait. Ou plutôt si: j’ai trouvé la meilleure explication depuis la phrase de première semaine d’école de bourse : « Il y a plus d’acheteurs que de vendeurs ». Dans un article isolé sur un des sites internet dédiés à la finance les plus lus des USA, il y avait un expert qui disait que : « Le négativisme ambiant aide le marché à ne pas baisser »! 

Donc on peut justifier la hausse d’hier par le fait que l’on a tellement peur de baisser que finalement on achète et on fait monter le marché. Les experts sont formidables, comme disait Jacques Martin.

En Europe, on faisait pareil, on montait parce que les USA montaient, et si eux ne savaient pas pourquoi, nous non plus. L’Allemagne était le seul marché qui baissait en Europe et l’excuse était la Chine. Le ralentissement chinois faisait peur aux investisseurs. La France montait et n’avait pas peur du ralentissement chinois en revanche, parce que forcément, c’est plus loin de la Chine – par rapport à l’Allemagne – oui, si vous vous le demandez, j’ironise.

On parlait aussi un peu de la Grèce, qui doit toujours obtenir son feu vert définitif cette semaine. Les députés allemands sont les derniers qui devraient donner leur feu vert aujourd’hui pour lancer les canots de sauvetage à Athènes. Mais pour être franc, ce n’est pas ce qui faisait vibrer le marché plus que tant.

Pas pire qu'en 2008? 

Dans les autres nouvelles qui valent la peine d’être mentionnée, on apprenait le rachat de Zulily par QVC Network – une chaîne de téléshopping – le tout pour 2.4 milliards de dollars. C’est 15% en-dessous du prix de l’IPO (il y a un peu plus de 18 mois), mais 49% au-dessus du prix de clôture de vendredi passé. Selon le communiqué de presse, c’est un super-deal que vient de faire QVC. On retiendra qu’au sommet de sa gloire, Zulily valait plus de 70$. Encore une IMMENSE succes-story du e-commerce.

Il y a aussi eu Estée Lauder qui a publié de chiffres meilleurs que les attentes, mais qui a déclaré que l’avenir était noir comme du mascara, ce qui fait que le titre plongeait de 7%. Et on terminera pas l’interview de Tom McClellan, l’analyste technique fils de ses parents qui ont donné leur nom à l’oscillateur éponyme. Ce dernier pense que le marché ne peut aller plus haut et qu’entre le 20 et le 26 août nous verrons LE TOP de l’année et qu’ensuite ça ne sera qu’une longue descente aux enfer jusqu’à la première partie de 2016. La bonne nouvelle, c’est que, selon lui, ça ne sera pas pire qu’en 2008 – pour être franc, il n’a AUCUNE idée de l’amplitude à laquelle s’attendre, la seule chose qu’il sait, c’est que ça devrait baisser moins qu’en 2008.

On en reparle dans deux mois pour voir. En tous cas, c’est courageux de venir parler de ça 10 jours avant le début des pires deux mois (historiquement parlant) de l’histoire boursière.

L’or est immobile à 1119$ et le pétrole est scotché au fond du trou à 41.76$ - mais ce n’est pas une surprise, puisqu’hier un professionnel nous a expliqué que ce niveau de prix sur le pétrole était là pour durer…

Ce matin, quand je me suis levé, Shanghai était en hausse de près d’un pourcent. Ensuite, je me suis rendormi assis devant mon écran – l’ennui peut-être – et quand je me suis réveillé, une heure plus tard, ça baissait de 1.5%. Le Nikkei est en baisse de 0.15% et Hong Kong ne fait rien.

On parle toujours de la dévaluation du Yuan, même si l’on ne sait pas trop quoi en penser. Il semblerait qu’il y ait cependant un consensus global à propos d’une chose, c’est que ce que fait la Chine, ce n’est pas pour déclencher une guerre des monnaies, mais juste pour soutenir leur économie. Ils ne sont donc pas belliqueux, ils veulent juste s’en sortir. Ça ne sert donc à rien de faire un film à Hollywood pour montrer combien les Chinois sont méchants avec les Américains. Ça n’est pas le sujet.

À New York, un premier procès de requête en dommages et intérêts pour les magouilles sur le FOREX de la part du public va commencer. Autant dire que si les juges vont en faveur des demandes des victimes, il y a deux ou trois chefs de départements « réclamations juridiques » qui vont commencer à transpirer chez certaines banques. Chez le Usuals Suspects surtout… mais ils ont l’habitude.

Paulson a réduit ses investissements en or à hauteur de 2.3 milliards. Shell va pouvoir forer dans les glaces en Arctique, au grand désespoir des écologistes. Airbus a booké le plus gros deal de son histoire ; 250 A320 pour 26.5 à destination de la compagnie IndiGO.

Le chartiste du Barron’s est super-bull sur les compagnies de construction aux USA. Un nouvel expert sur le pétrole, mais pas le même qui nous dit que les 40$ sont là pour rester, pense que le baril va à 20$.

Et sur ce coup là, je me rappelle d’une chronique d’il n’y pas si longtemps dans laquelle je vous expliquais qu’avec le baril qui baissait, on n’allait pas tarder à voir arriver les gros titres qui diraient que le pétrole va à 20$... J’ai la joie de vous annoncer que j’avais raison et ce jour de gloire est arrivé, enfants de la patrie.

Le Barron’s propose aussi 4 compagnies aériennes à acheter pour la seconde partie de l’année. Il s’agit de Southwest Airlines (LUV), Delta (DAL), JetBlue (JBLU) et Alaska Air (ALK).

Côté chiffres économiques, nous aurons le PPI à Londres, les permis de construire aux USA, les nouveaux chantiers, le Redbook et les inventaires de l’API.

Pour le moment, l’Asie est dans le rouge et les futures sont inchangés. L’Euro/$ est à 1.1058, le Yen s’échange à 124.48 et le Bitcoin est à 253.75$. Le rendement du 10 ans américain est de 2.16%. Et pendant ce temps-là, la BNS ne fait rien, mais l’Euro/Suisse est à 1.0831.

Il est temps pour moi de vous souhaiter un très bon buffet petit-déjeuner. Que le bircher du matin vous tienne au moins jusqu’à la fondue au fromage de midi. Que le café avec George et Jean soit à votre goût, en ce qui me concerne, il est probable que je vous retrouve demain matin pour la suite des aventures passionnantes des marchés financiers en fin de vacances scolaires !

Bonne journée et à demain !

Thomas Veillet

Investir.ch                           

 

"I saw that the D.C. newspaper The Hill published its annual list of the 50 most beautiful people in politics yesterday. And once again, it only had five people on it." –Jimmy Fallon

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."