Geoffrey Raposo

ENTREPRENEUR ET CONSULTANT WEB/IT

Suivez Geoffrey sur Twitter.

Entrepreneur et consultant web/IT, Geoffrey Raposo a décidé à ses 18 ans que la vie était faite pour faire ce qu’on aime, pas question de repousser à plus tard. En 2012, il crée sa première startup - un échec total - et découvre qu’essayer et échouer était indéniablement la meilleure façon d’apprendre. Rester dans un seul domaine? Jamais, il préfère toucher à tout et découvrir chaque jour quelque chose de nouveau. Et surtout, ne jamais se prendre au sérieux.

Méfiez-vous des simili-clients!

Remettons-nous dans le contexte de ma première startup, une plateforme d'organisation de cours locaux. N'importe qui pouvait organiser un cours à une certaine date, dans un certain lieu, à un certain prix et le proposer sur la plateforme pour partager ses connaissances et se faire un peu d'argent.

Comme des grands, on a cru que le plus important, dans un premier temps, était de développer la plateforme, et c’était surtout ce que nous aimions faire. Mais, conscient qu'il fallait parler de notre idée à tout le monde, je parlais de la plateforme à chaque fois que je discutais de boulot avec quelqu'un. Devinez la réaction ?

  • "C'est trop cool comme idée !"
  • "Oh, j'ai trop envie de mettre un cours, dis-moi quand ça ouvre !"
  • "C'est vraiment super, je vais pouvoir gagner de l'argent avec ce que je sais, compte sur moi pour organiser un cours !"

Du coup, je me suis dit que c'était génial car notre idée plaisait à tout le monde et que plein de gens avaient envie de proposer des cours. J'ai pu retourner coder avec mes co-fondateurs dans ma cave, serein.

Hé, mais ils sont passés où les motivés ?

Après avoir designé et codé comme des dingues, voilà que la plateforme est presque prête. C'est le moment de contacter toutes les personnes qui étaient super motivées à proposer un cours. Sauf que là, maintenant qu'il faut passer du temps à préparer le cours, les réponses ressemblent plus à:

  • "Ah ouais, c'est super mais j'ai pas trop de temps ces jours, je te redis."
  • "Ouf, tu sais, j'ai plein de travail je ne vais pas y arriver."
  • "Je te redis bientôt, il faut juste que je trouve un sujet de cours à organiser."

C'est con, hein ? On a dû lancer la plateforme avec moins de 10 cours en ligne...

Ne croyez pas sur parole

Toutes ces personnes intéressées étaient bien intentionnées, elles ne se rendaient juste pas compte du travail que cela impliquait de mettre un cours en place. Et nous, on n'a rien vu venir...

Les paroles, c'est bien joli mais ça ne suffit pas comme preuve que la personne est vraiment intéressée par votre produit. Il faut vraiment que votre client s'engage à quelque chose pour que vous puissiez réellement le considérer comme tel. Il y a plusieurs manières de faire, voici quelques idées:

  • Demander que l'on vous envoie par mail le contenu que l'on aurait mis sur le site (ce qu'on aurait dû faire);
  • Faire des pré-commandes si c'est un produit, des pré-commandes où le client paie en avance bien entendu;
  • Faire signer un document qui atteste que l'on utilisera le service s'il est créé (les gens réfléchiront un peu plus avant de dire qu'ils sont intéressés).

Mais pourquoi n'avons-nous pas demandé aux gens de nous envoyer leur cours par mail, vous allez me dire? Parce qu'on avait la tête dans le guidon, tout simplement. C’est vraiment une erreur qui nous a fait perdre énormément de temps, alors je vous conseille de faire attention à ne pas la faire!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."