Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Le ghetto nécessaire

Le ghetto nécessaire

Communautés Londres au XIXe siècle a vu fleurir ces clubs privés réservés aux hommes, antres du machisme et du conservatisme britannique où fleurait bon le cigare. San Francisco au XXIe voit s’épanouir les clubs féminins: à The Assembly ou à The Wing, espaces de coworking, salles d’allaitement, boutiques, cafétérias véganes et bibliothèques sont pensées par et pour les femmes. Les hommes ne sont pas interdits (les femmes le sont toujours au Garrick ou au Travellers Club à Londres!), mais il est rarissime d’en croiser un.

Après avoir passé des années à critiquer le sexisme des gentlemen’s clubs de Londres, Paris ou New York, les femmes cèdent-elles à leur tour aux sirènes des ghettos? Ne seraient-elles pas en train de commettre la même erreur que ces banquiers et avocats en haut-de-forme il y a cent cinquante ans? Et les ouvertures récentes de franchises de ces clubs féminins en Europe ne risquent-elles pas de renforcer le communautarisme au détriment de la mixité?

Le risque n’est pas nul. Mais quels espaces de coworking généralistes proposent des espaces dévolus aux parents avec enfants? Quels clubs d’affaires et leurs cafétérias tiennent compte des intolérances et allergies alimentaires? Quels designers ont pensé des lieux en tenant compte d’autres besoins que ceux des mâles trentenaires?

En attendant d’avoir des lieux réellement pensés pour toutes et tous, réjouissons-nous de voir des clubs pensés par et pour les femmes. Ghetto nécessaire afin qu’elles aussi puissent s’épanouir. Et peut-être un jour les clubs masculins de Londres verront-ils un trader demander qu’une salle soit équipée pour changer les langes de son bébé… 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."