Christian Simm

FONDATEUR DE SWISSNEX SAN FRANCISCO

Fondateur et directeur de swissnex San Francisco, Christian Simm vit depuis 1997 en Californie. Avec son regard de physicien et sa passion pour le partage des savoirs, il décode les mutations scientifiques, technologiques et sociétales, en Amérique du Nord et en Suisse. Avec son équipe, il privilégie le croisement des genres, l’interdisciplinarité et la sérendipité - l’exploitation créative de l’inattendu – pour que swissnex soit un lieu neutre et accueillant pour l’expérimentation intellectuelle. Valorisant l’écosystème entrepreneurial unique de la Silicon Valley et la réelle créativité helvétique, il ”connect the dots” entre recherche, éducation, art et innovation. Suivez swissnex San Francisco aussi sur nextrends !

Maternity Show in 4D

Il était une fois un moment unique dans la vie de futurs parents, une étape attendue avec émerveillement et peut-être une pointe d’anxiété. C’était parfois le premier rendez-vous conjoint du couple chez le gynécologue, un instant savouré dans l’intimité : l’examen in utero du fœtus aux ultra-sons. On en repartait avec quelques polaroïds pixélisés, témoignages précieux d’un être en devenir. Première ”carte postale” du bébé à ses parents, les photos étaient montrées avec joie et fierté aux proches, puis constituaient souvent le début d’un album photo.

Aujourd’hui, les moindres faits et gestes de l’homo connecticus sont visibles en ligne, fréquemment même en temps réel. Nombre de bébés reçoivent une adresse courriel et un site web personnel avant même de montrer leur frimousse au monde. Il était donc temps de réinventer l’examen aux ultra-sons.

Il faut dire que la technologie a fait bien des progrès. Les machines sont devenues plus petites, moins sévères et mobiles. La tête du scanner et ses formes arrondies, presque sensuelles, semble maintenant caresser l’abdomen maternel et le bébé qui s’y trouve. Diffusion et captation multidirectionnelles des ultra-sons, couplés à un traitement des données sophistiqué, produisent dorénavant des images tridimensionnelles qui paraissent sortir tout droit d’un film de Pixar.

Le temps du ”maternity show” en 4D est venu. Imaginez une petite salle de cinéma : tapis moelleux, sièges confortables, musique d’ambiance, écran géant et connexion Internet à haut débit. Sur la scène, un fauteuil inclinable digne de la première classe. C’est une fête. Parents et amis arrivent, se saluent dans une attente joyeuse, puis s’installent. Dès maintenant, la mère et son bébé sont les vedettes. Le technicien procède à l’examen qui, par ailleurs, n’a aucune valeur médicale (les parents ont dû signer une décharge à l’entrée). Images et conversations dans la salle sont enregistrées en continu et créent les souvenirs en 4D gravés sur DVD que les parents emmèneront à la maison. Ceux qui n’ont pas pu se joindre à l’événement en suivent la vidéo sur Facebook.

Science-fiction ? Point du tout, puisque ces théâtres d’un nouveau genre se développent autour de la Baie de San Francisco et ailleurs. Ils s’appellent 3DBabyVu, InfantSee4D ou Baby’s First Ultrasound. Leur publicité hésite entre activité de loisir et examen para-médical. Le ”merchandising” n’étant jamais loin, ils vendent des nounours qui, lorsqu’on leur caresse le ventre, font entendre les battements cardiaques du bébé. Ou peuvent faire réaliser l’empreinte faciale du fœtus en relief.

Le ”maternity show” se fera bientôt à la maison. Des scanners ultra-portables comme le MobiSante ou le Stork font leur apparition, développés initialement pour la médecine de terrain et se connectant à une tablette ou même un ”smartphone”. Nous entrons dans l’ère de la santé personnalisée.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."