Mary Vacharidis

JOURNALISTE

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Armes: l’inhibition a du bon

En 1996 en Australie, un jeune homme faisait 35 morts et 23 blessés à l’aide d’un semi-automatique sorti d’un sac. Après la tragédie, un consensus sans précédent a débouché sur une législation restreignant le port d’armes. Le gouvernement a interdit les armes automatiques et semi-automatiques, établi de nouvelles règles d’attribution du port d’armes, mis en place un registre national, acheté et détruit 600 000 armes à feu. Depuis, il n’y a plus eu de tuerie de masse en Australie. 

De quoi inspirer les Etats-Unis après la tragédie de février au  lycée de Parkland en Floride, qui a coûté la vie à 17 victimes? Il s’agirait d’un miracle car au pays de la bannière étoilée, le droit de porter une arme à feu, garanti par le deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis, semble appartenir à l’ADN des Américains. Le puissant lobby pro-armes de la National Rifle Association (NRA) milite à coup de millions de dollars. Et la majorité silencieuse qui a élu le président Donald Trump reste persuadée que la détention d’une arme constitue une force dissuasive à la criminalité plutôt qu’un danger pour la société. 

L’exception suisse

La corrélation entre le nombre d’armes en circulation et celui des crimes violents est pourtant indéniable. Sauf en Suisse. Avec 46 armes à feu pour 100 habitants, la Confédération se trouve au quatrième rang mondial du nombre d’armes légères. Or, le taux d’homicide y est parmi les plus bas au monde. 

La Suisse se profile ainsi comme l’exception qui confirme la règle. Sans doute en raison d’un génie helvétique qui recouvre l’inhibition. Un trait de caractère sous-estimé du peuple de Guillaume Tell. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."