Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ / Succès russe à l'Hôtel des Ventes genevois

Tout est bien qui finit bien. Ou presque. Un des lots de la vacation russe organisée par l'Hôtel des Ventes genevois a dû se voir retiré, le lundi 9 décembre. Il s'agit des 33 photos récupérées par un soldat allemand lors de l'incendie du palais de Gatchina, en 1944. L'album privé du tsar Alexandre III fait l'objet d'une "mesure provisionnelle", réclamée comme de juste par le Consulat général de Russie. A qui appartiennent les images prises dans les ruines par Otto Hofmann? Il faudra établir "un dossier sur leur provenance exacte". Sauver une chose n'en rend pas forcément propriétaire... 

A part ça, c'est l'euphorie du côté de la rue Prévost-Martin. On ne doit pas y sabler, mais y sabrer le champagne à la manière des cosaques et des grands-ducs éméchés (qui se ressemblent souvent, sur les bords de la Néva...). Les deux vases en porcelaine de Saint-Pétersbourg, commandés en 1849 par Nicolas Ier pour sa belle-sœur, n'ont pas atteint entre 300.000 et 500.000 francs, comme le voulait l'estimation. Ils sont partis à 1,58 millions, échutes comprises tout de même. Quant à la tabatière endiamantée donnée par Alexander Ier au prince Comuto le 7 décembre 1803, elle s'est envolée pour 522.000 francs. "Record mondial pour une tabatière de cette époque". Un temps où l'on donnait aussi volontiers 250 grammes d'or et 37 carats de pierres précieuses.

Applaudissements

Le gros du public n'avait plus qu'à applaudir, comme pour les lettres privées de Nicolas Ier, d'Alexandre II et de leur proche famille, qui ont totalisé 743.000 francs. On bat des mains plus facilement quand elles restent vides. Il fallait un solide compte en banque pour revenir vainqueur d'une vente dont le résultat dépasse les 3,8 millions. 

Rendez-vous sans doute en décembre 2014. La vente russe organisée par Bernard Piguet anticipe depuis maintenant dix ans le sapin de Noël. Photo (Hôtel des Ventes) : La tabatière offerte par Alexandre Ier.

P.S. Désolé pour le retard dans l'information. Je rentre de vacances avec ma musette pleine d'événements français et anglais. Il y aura là de quoi s'amuser.

Lire aussi aujourd'hui l'article sur l'exposition coréenne du Musée Baur à Genève. Prochaine chronique le samedi 14 décembre. Un gros livre nous parle des cénacles artistiques. Qu'est-ce au juste qu'un cénacle?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."