Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ/Piguet reprend ses ventes à Genève. Mon petit choix personnel

Crédits: Piguet, Genève

De l'autre côté du Rhône que le jeune Genève Enchères, Piguet, ex-Hôtel des Ventes, proposera aussi ses vacations à partir du 13 décembre. En bonne logique, les visites auront également lieu du 9 au 11, soit le vendredi, le samedi et le dimanche précédant les festivités. Afin de varier les plaisirs, je fais deux articles différents pour les deux maisons. Si pour celui de Genève Enchères, situé juste au-dessus dans le déroulé, j'ai décidé de parler d'un seul ensemble, je pratiquerai ici un libre choix de dix lots phares, fait sur catalogue comme à La Redoute. Sur ce, c'est parti! 

«Bonjour Tristesse». S'il y a parmi les livres de très bonnes choses estimées de tout petits prix (qu'attendez-vous donc pour devenir bibliophile?), le premier roman de Françoise Sagan, écrit alors qu'elle avait 17 ans, vaut davantage. Il faut dire que l'auteure revient en grâce et qu'il s'agit d'un tirage sur vélin (7/30), dans une reliure en maroquin aubergine de 1957 (entre 3000 et 5000). 

«Paysage à l'église et portail jaune» d'Aristarkh Lentulov. Décembre est par tradition le mois de la vente russe chez Piguet. Il y a donc cette année de l'orfèvrerie, des icônes et des lettres provenant de l'inépuisable succession Ferdinand Thormeyer. Le lot vedette n'en demeure pas moins ce tableau des premières années 1920 de Lentulov, né en 1882 et mort en 1942 (entre 100 000 et 150 000). 

Tête réduite amazonienne. Les restes humains se raréfient en vente publique, qui évitent notamment les têtes Maori. Cette «tsantsa», pour reprendre le terme consacré, possède encore ses pendants d'oreille. Elle ne mesure que 11 centimètres de haut. Parfait au moment où le MEG genevois propose les dernières semaines de sa grande (et belle) exposition amazonienne (8000-12 000). 

Hydrie apulienne, vers 320 av. J.-C. Moins cotée que la rigoureuse céramique attique, celle d'Italie du Sud a déployé davantage de fantaisie. Enorme (69 centimètres), l'hydrie en question se voit ici rapprochée de pièces du «maître de Baltimore». Ornée d'une scène de vie féminine domestique, la pièce provient d'une collection vaudoise (10 000-15 000). 

Plat chinois fait pour la Cour de France. Au début du XVIIIe siècle, seule la famille royale de Saxe pouvait manger dans de la porcelaine locale, produite à Meissen. Celle de Louis XV a donc importé, avant la naissance de Vincennes, puis de Sèvres, sa vaisselle de Canton. Ce plat provient d'un service livré en deux fois, 1732 et 1738. Une curiosité historique (10 000-15 000). (1)

Meubles du XVIIe chinois en huanghuali. Piguet disperse la collection formée dans les années 1940 à Pékin par le vice-consul américain Gardner C. Carpenter. Elle offre trois tabourets, une banquette, deux cabinets et une table réalisés à la fin de la dynastie Ming ou au tout début de celle des Qing dans le bois de rose le plus rare et le plus cher du monde (de 20 000-30 000 à 100 000-150 000). 

Commode Art Déco d'André Sornay. Si Ruhlmann ou Leleu représentent le style parisien des années 20 et 30, André Sornay (1902-2000) a incarné pour Lyon les mêmes décennies. Beaux bois, cloutages de laiton, formes un peu trapues, l'ébéniste est aujourd'hui devenu une star. La commode de chez Piguet est asymétrique, un vantail à gauche et trois tiroirs à droite (5000-8000). 

Une photo d'Annie Leibovitz. On connaît la portraitiste qui joue autant les vedettes que ses modèles. Tout ce qui compte a passé devant son objectif. Il s'agit ici, avec «Pitch Pines and Gray Birch in the Dwarf Pine Ridges» d'une vue de forêt, tirée en 1999. C'est grand (121 centimètres de large) et en noir et blanc. Peu caractéristique au final d'Annie (20 000-30 000). 

"Composition Hiver" de Chu Teh-Chun. Piguet a récemment cartonné avec une grande huile de ce Chinois de Paris, mort en 2014. En voici donc une autre datée de 1987, année où se propriétaires l'ont directement acquis auprès du peintre. Il s'agit d'une toile abstraite, mais de taille moyenne. L'hiver ne saurait donc dépasser le niveau de l'évocation picturale (200 000-300 000). 

Pierre Pictet de Sergy par Jean-Etienne Liotard. Un dessin posé, payé par le modèle à l'artiste en novembre 1761. Il était depuis lors resté dans la famille. Nous sommes à l'ère des grands chambardements, d'où cette cession d'un portrait assez austère à la sanguine et à la pierre noire. Il est plusieurs fois répertorié dans des catalogues raisonnés de Liotard (70 000-90 000).

Voilà. J'aurais pu sélectionner un beau plat de Théodore Deck, réalisé vers 1890, ou une toile animalière de Jean-Baptiste Oudry, datée de 1731. Il y a aussi les bijoux et les montres, faisant l'objet d'un catalogue séparé. Comme chez Genève Enchères, il faut signaler la vente silencieuse. Annoncer aussi la suite. Après la collection Neumann de Gingins, après le château de Hauteville, Piguet dispersera le 6 mai 2017, sur place, le contenu de la villa possédée par la soeur de Robert Zellinger de Balkany à Prangins. Paris a déjà connu plusieurs ventes Balkany frère. 

Pratique 

Piguet, 51, rue Prévost-Martin, Genève. Tél. 022 320 11 77, nouveau site www.piguet.com Visites les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 décembre de 12h à 19h. Ventes le mardi 13, le mercredi 14 et le jeudi 15 décembre.

(1) Ouille! J'ai vu depuis (nous sommes le 11 décembre) les objets de la vente. Le plat a été déclassé. Il s'agit aujourd'hui d'une imitation du XIXe siècle, due à la mison Samson. L'estimation s'est du coup vue divisée par dix.

Photo (Piguet, Genève): Le paysage russe d'Aristarkh Lentulov, réalisé au début des années 1920.

Ce texte intercalaire suit immédiatement celui consacré aux meubles de Percival Pernet chez Genève Enchères.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."