Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ/Genève Enchère repart pour une série de ventes à la mi-septembre

Crédits: Genève Enchères

Les ventes repartent à Genève, comme c'est normal. Je vous ai déjà parlé il y a quelques jours de celles de Piguet. Elles se dérouleront du 24 au 27 septembre. Juste auparavant auront eu lieu les journées de Genève Enchères. C'est elles que je vais évoquer aujourd'hui, après avoir été faire un petit tour rue de Monthoux. Une artère en pleine gentrification, dont le pittoresque risque bien de disparaître. L'opération Rossi 16 introduit un immeuble de haut standing dans un quartier où s'exerce traditionnellement le plus vieux métier du monde. On ne peut pas dire que son architecture (Patrice Reynaud & associés) soit une réussite, avec ses panneaux de verre bleutés. J'ose espérer que Rossi 16 ne figurera pas aux Journées du Patrimoine 2050. Mais après tout, peut-être se trouvera-t-il des gens pour trouver cela très beau... 

Rien de changé en revanche de l'autre côté de la rue, où Genève Enchère occupe quelque 600 mètres carrés. «Du 18 au 20 septembre, nous proposerons ce que j'appellerais une rentrée avec des choses sympathiques», explique Olivier Fichot l'un des membres du triumvirat directorial avec Cyril Duval et Bertrand de Marignac. Pas de collection archéologique, comme en mai. «Il n'y a qu'un contenu d'appartement. C'est celui que Brigitte de Saussure, décédée le 17 janvier, occupait dans la Vieille Ville. Elle y avait réuni toutes sortes d'objets allant bien ensemble, avec ses bouquets de coraux, ses chevaux d'enfant et ses meubles anciens.» La défunte gardait aussi un trésor familial. «Ce sont les dessins exécutés au Mexique par l'entomologiste et minéralogiste Henri de Saussure dans les années 1850.» Ils sont reliés dans de gros volumes proposés à des prix très doux («difficile de donner des chiffres pour ce genre de choses»). Allez, je vous dis tout! Les deux lots, comprenant des centaines de croquis sont prisés chacun entre 1000 et 1500 francs.

Les ours et les Japonais occidentalisés 

Autrement, ce sera l'habituel défilé de peinture suisse, d'art ancien et d'art moderne. «Plus bien sûr une vente d'art chinois.» Là aussi, difficile de formuler des pronostics. Deux vases du XVIIIe se voient cependant estimés entre 100 000 et 150 000 francs. Il s'agit des numéros 188 et 214, le second ayant une jolie provenance. Deux pièces de l'époque Qianlong. Celle qu'aiment les Chinois d'aujourd'hui. On verra le résultat le 19 septembre sur le coup de midi. Il y a également des curiosités, allant d'ours taillés dans le bois à Brienz à une série d'estampes japonaises de la fin du XIXe siècle montrant des personnages en habits occidentaux. Des bijoux sont prévus. Peu de gros meubles. Encore moins de tapis. «Les tapis se vendent aujourd'hui très mal. Nous en prenons quelques-uns pour la décoration.» Idem pour les bibliothèques ou les grosses dessertes. «Si elles ne sont pas exceptionnelles, elles nous servent avant tout de présentoirs.» 

Olivier Fichot précise cependant que Genève Enchères tient à donner une dernière chance à des objets hors mode, qui mériteraient de se voir conservés. «Autrement, il ne faut pas se faire d'illusions. Ce qui ne possède pas de valeur vénale finit un jour à la poubelle ou à la déchetterie.» Une tendance qui s'accentue et s'accélère. Il possède pourtant du charme, le secrétaire Napoléon III en bois laqué noir à décor de fleurs, qui va en plus avec sa commode (lots 670 et 672)! Ce sera normalement, si tout va bien, moins de 1000 francs pour les deux... avec un petit supplément pour le transport. Si tout va mal, il faut en revanche craindre le pire. Les vendeurs viennent rarement chercher les invendus lourds et bon marché.

Un spectacle permanent 

Les ventes se verront bien sûr précédées de visites. Les vacations resteront courtes. «Il s'agit de ne pas endormir le public.» Olivier Fichot s'y emploiera de son mieux. En commissaire priseur, il assure un spectacle permanent, avec indignations feintes, fausses attentes, intimidations mesurées et moments de satisfaction visible. Il faut l'avoir vu le marteau à la main, jouant de son regard bleu cerné par des lunettes de hibou. Mais les autres acteurs jouent aussi bien leur rôle, dans une ambiance détendue, avec café et biscuits. Au propre comme au figuré, on se retrouve ici en famille.

Pratique

Genève Enchères, 38, rue de Monthoux, Genève, ventes les 18, 19 et 20 septembre. Tél. 022 710 04 04, site www.geneve-encheres.ch Visites le vendredi 14, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre de 12h à 19h.

Photo (Genève Enchères): Grande corbeille ajourée en argent, Amsterdam 1778, par Reynier Brandt. Lot 770. Entre 5000 et 7000 francs.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."