Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ / Demi-teintes pour la vente Krugier

Christie's New York espérait entre 170 et 180 millions de dollars. Les héritiers Krugier sans doute encore davantage. Les deux ventes du 4 novembre (le soir) et du 5 (le matin) se sont cependant soldées par un demi-succès, autrement dit un demi-échec. La multinationale n'a engrangé que 133,732.000 dollars. Je vous explique.

Le 4 se voyait réservé aux "hightlights". L'ennui, c'est que deux lots phares ne se sont pas vendus du tout. L'"Herbstlandschaft" de Wassili Kandinsky n'a trouvé aucun preneur sur une estimation de 20 à 25 millions de dollars. Il faut dire qu'on reste ici très loin du goût bling-bling que laisse l'actuel trio en vogue Murakami-Koons-Hirst. Quant à la maquette de Picasso pour sa sculpture géante de Chicago, elle est restée sur le carreau, alors qu'elle se voyait prisée entre 25 et 35 millions de dollars. Très cher, trop cher selon bien des spécialistes pour une pièce historique peu séduisante. Voire même assez moche.

Succès pour les dessins

Le reste a su plaire. Un Picasso lumineux, le double portrait de ses enfants Claude et Paloma, a atteint 28 millions de dollars. Mais c'est grâce à la collection de dessins, plus intime mais plus personnelle, que le public s'est enflammé. Là, presque tout est parti. Il y en a eu pour 21.199.000 dollars. Ingres, Segantini, Picasso (encore lui), Klee ont fait de beaux prix.

Reste que la messe n'est pas encore dite. Le système des "after sales" permet aux amateurs de faire des propositions, qui se verront acceptées ou non. Mais il reste difficile de savoir ce qui est ainsi parti. Et impossible d'apprendre à quel prix. Photo (Kestone): présentation du Kandinsky qui est resté sur le carreau.

Pratique

www.christies.com

Ce texte s'ajoute. La chronique du mercredi 6 novembre porte bien sur le collectionneur genevois George Ortiz, qui vient de mourir.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."