Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ / Christie's vendra "Le printemps" de Manet

Ce sera l'un des "highlights", pour employer le terme consacré, des ventes d'automne. Christie's a annoncé le 1er août qu'il proposera "Le printemps" d'Edouard Manet le 5 novembre à New York. Plus modeste dans ces dimensions que celui de Botticelli, ce printemps-là ne comporte qu'une figure. Il s'agit en fait d'un portrait de l'actrice Jeanne Demarsy, réalisé en 1881 et montré au Salon de 1882. Le peintre, déjà malade, avait alors entrepris un cycle de "saisons". Une autre comédienne, Méry Laurent, figure ainsi "L'automne" dans un tableau conservé au musée de Nancy. 

"Le printemps" a été très peu vu de ce côté de l'Atlantique. En dépôt à la National Gallery de Washington, il appartenait à la même famille depuis plus d'un siècle. La toile n'a sauf erreur figuré dans aucune rétrospective européenne récente. Elle ne figurait en tout cas ni à Orsay, ni à Londres (où la Royal Academy s'était pourtant concentrée sur les portraits de Manet), ni à Venise. Il s'agit pourtant d'une œuvre très aboutie de Manet, dont beaucoup d'huiles présentées sont en fait restés inachevées. Leur "modernité" n'est pas vraiment voulue.

Trop petit, trop joli? 

Combien Christie's espère-t-il tirer de cette peinture de 73 centimètres sur 51? Trente-cinq millions de dollars. Cela peut sembler beaucoup, mais nous sommes aujourd'hui loin du temps (la fin des années 1980) où Manet dominait le marché de l'art avec un paysage urbain comme "La rue Mosnier aux paveurs". Le goût a évolué. Il porte désormais vers l'art américain de l'après-guerre. Pour les jeunes amateurs, "Le printemps" fait, si j'ose dire, vieux tableau. Trop joli. Trop petit. Il correspond mieux aux aspirations de collectionneurs âgés, voire très âgés. Ou alors aux musées. 

A ce propos, je discutais récemment avec le spécialiste de la peinture impressionniste d'une des deux sœurs jumelles (Christie's et Sotheby's). Il se montrait plutôt pessimiste. "Quand j'ai commencé ma carrière, j'avais plus d'une dizaine d'offres à faire valoir pour une pièce importante. Maintenant, je suis content quand j'en ai deux. Et lorsque je n'ai reçu aucune, je prie le Ciel pour que les téléphones sonnent ou que des mains de lèvent dans la salle." Un "Autoportrait à la palette" de Manet s'est néanmoins vendu l'équivalent de 33,2 millions de dollars à Londres en 2010. 

Reste qu'aux enchères, tout peut arriver... Photo (DR): "Le Printemps" de Manet. Un tableau très peu vu en Europe.

Ceci constitue bien sûr un texte intercalaire. Demain, le noir.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."