Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MAMCO/Pluie d'acquisitions pour le départ de Christian Bernard

On devait être treize à table, comme en Galilée il y a 2000 ans. Douze journalistes avec Christian Bernard dans un rôle christique (1). C'était les adieux du directeur du Mamco à la presse, après vingt ans de monarchie presque absolue. On sait qu'il sera remplacé dès l'an prochain par Lionel Bovier, qui s'exprimera dès le 12 janvier face au même public. Jeune retraité, Christian Bernard quittera Genève le 28 janvier pour un destin plus ensoleillé. Il dirigera en effet le «Printemps de Toulouse», dont la particularité est de se tenir en septembre. Une manifestation qu'il connaît bien pour s'en être occupé déjà à deux reprises. 

L'heure était ce midi (du mardi 22 décembre) aux bilans récents. Le Mamco, dont les expositions «One More Time» courent toujours, a reçu à ce jour 41.000 personnes en 2015. Cela lui fait 63.123 visiteurs avec ses activités extérieures, dont celles du «Voyageur», cette caravane parcourant le canton. Le «Voyageur» devrait connaître au moins deux étapes en 2016, trois ou quatre «si le financement communal se révèle possible. La suite appartient à Lionel Bovier.»

Appartement pérennisé 

Le moment est surtout celui des acquisitions de ce qui constitue non pas une Kunsthalle, mais un vrai musée. Il y a eu en 2015 (pour le moment, mais des choses demeurent en cours) 155 achats et 588 dons. La collection va donc vers ses 3500 pièces, «dont 1000 environ me semblent importantes.» Certaines sont même devenues des vedettes, comme l'immense jeu de dés de Robert Filliou. «Si nous satisfaisions toutes les demandes d'emprunt, elle ne serait plus jamais chez nous», explique Françoise Ninghetto, directrice adjointe du Mamco, qui partira elle au printemps prochain à la retraite. 

Un départ se montre favorable à certaines pérennisations. Les Américains donnent «en l'honneur de». Plus discrets, les Suisses se contentent généralement de donner, tout simplement. Les négociations actuelles les plus importantes consistent cependant en achats. «Nous sommes en train de faire entrer définitivement au musée le contenu de «L'Appartement», en place depuis 1994. Il a fallu beaucoup de diplomatie pour arriver à un prix abordable. Lionel Bovier a joué dans cette affaire un rôle très positif. Cela évitera ainsi le départ probable de certaines pièces faisant partie de notre mémoire. Reste que cela fait tout de même beaucoup d'argent pour nous.» On n'en saura pas davantage.

Une série d'expositions pour février

Le Fonds Franz Erhard Walther se verra lui aussi enrichi de trois pièces, ce qui complétera la représentation d'un artiste emblématique pour l'institution. La «maison» de Maria Nordman va également entrer au musée en pleine propriété. Jean-Claude Silberman a donné «très généreusement» son installation. Agé, Jacques Monory a laissé au Mamco choisir dans son atelier un de ses grands tableaux, où domine généralement le bleu. Le Mamco en négocie un second. A l'affection. Enfin, la boîte verte de Duchamp fait désormais partie des meubles. «Il s'agit en plus de l'exemplaire ayant appartenu à Paul Eluard.» 

Christian Bernard a mis sur pied une dernière série, afin que Lionel Bovier ne se retrouve pas face à un vide béant. Une partie de «One More Time» (le premier et le troisième étages) vont se survivre à eux-mêmes. Il y aura désormais en vedette Marnie Weber, l'épouse de Jim Shaw. Le Français Bruno Pellassy et Emilie Parandeau, Prix Manor genevois 2016, compléteront l'affiche.

(1) On attend toujours deux d'entre eux...

Photo (Steeve Iuncker Gomez): Christian Bernard sur le toit du Mamco.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."