Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Macte animo!*

Les jouets ont un sexe, les vêtements aussi, de même que certains magazines, événements, des émissions, films, etc. Entre les Monster High (ces horribles dérives trash de la bonne vieille Barbie), Ben 10 (petit garçon capable de muter selon les challenges), nos petites têtes blondes sont devenues les porte-drapeaux des franchises et marques en tous genres, de Hello Kitty à Cars, malgré quelques tentatives unisexisation de l’univers enfantin, la grande majorité des cas continue de se diviser en rose ou bleu. Finalement, les fées de la Belle au Bois Dormant étaient en avance sur leur époque, elles qui se battaient entre ces deux couleurs pour habiller la jolie Aurore à l’occasion de ses 16 ans. Bref. 

Côté magazines, même si officiellement les « mecs aiment nous piquer notre BIBA » (pfff…) et que nous sommes presque enclines à leur piquer leur « Lui » pour comparer notre plastique à celle de cette peste de Léa Seydoux, ne nous leurrons pas : pour nous, ça reste « régime / puériculture / gastronomie » et pour eux « boulot / régime (quand même) / techno ». Quant aux émissions, il demeure rare de voir un homme apporter une bière à sa chérie avachie devant une finale de Coupe du Monde, ou d’entendre parler du « ménager de moins de 50 ans » quand on évoque « Danse avec les Stars »… Bref aussi.

 

Du coup, j’ai fini par me demander si les contenus sur le web avait aussi un sexe ou s’il s’agissait du seul village d’irréductibles où les uns et les autres pouvaient s’ébattre intellectuellement en toute quiétude ? Et la réponse est :…. bof !

Si nous sommes tous égaux devant le vide (Crush Candy, Farmville ou Gangnam Style), il n’en reste pas moins qu’en matière d’interactions, nous agissons selon nos centres d’intérêts évidents : les bébés, la mode, les cupcakes, les citations sur les mamans et les beaux mecs pour les femmes, l’économie, le sexe, les citations sur le management et les nouvelles technologies pour les hommes. « Nos centres d’intérêts évidents »… c’est d’un convenu. Pourtant, cela vient probablement aussi du fait que nous, les femmes, continuons à peiner à nous sentir légitimes dans certains domaines, là où certains hommes incompétents ne se posent même pas la question. Du coup, nous n’intervenons pas et écrivons encore moins sur certains sujets. Bien sûr, il existe bien des exceptions (merci à Myret et Jorge qui font beaucoup pour la transversalité des genres), mais même sur la plateforme que vous consultez actuellement, si vous vous promenez un peu parmi les experts, vous retrouverez de façon presque triviale une répartition de champs de compétences parfaitement prévisible. Ouf, tout est bien à sa place !

Ceci dit, n’y voyez aucune revendication féministe : j’espère tout autant que les hommes se sentiront aussi légitimes à tenir un blog parlant de leur expérience de père sur un ton humoristique que les femmes parviendront à dire ce qu’elles pensent en matière de politique, d’économie ou de management… Bon, il faut que je vous laisse : j’ai un article à écrire pour ma rubrique « Working mum » sur une autre plateforme, et j’ai bien l’intention d’y parler de la non reconnaissance du statut de beau-père dans le monde de l’entreprise…

 

*courage

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."