Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LYON/Sauvé, le Musée des Tissus va connaître une lourde restauration

Crédits: AFP

Le Musée des Tissus et son frère jumeau celui des Arts décoratifs ont fini par être sauvés après une bataille de deux ans. Elle semblait désespérée en dépit de 135 000 signataires d'une pétition demandant leur maintien. Lyon ne s'intéressait pas aux deux institutions, vu qu'elles appartenaient à la Chambre de Commerce et d'Industrie Lyon Métropole. Les ministres de la Culture se moquaient du problème, pour autant qu'elles aient compris son existence. Les médias préféraient parler du Musée des Confluences, ce ruineux gadget dépensant davantage en frais de fonctionnement par mois (1,5 million d'euros) qu'il en fallait pour tirer des eaux le Musée des Tissus de l'eau. 

Aujourd'hui, comme je vous l'ai déjà dit, un grand projet est en marche, en grande partie grâce à Laurent Wauquier en tant que président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. En France, le patrimoine passe pour se situer plutôt à droite. La Région mettra donc 24 millions sur 30 pour la restauration des deux hôtels particuliers du XVIIIe siècle accueillant les institutions sur 30, l'Etat en alignant cinq. Les deux édifices me semblent pourtant en assez bon état. Il s'agit de créer des musées du XXIe siècle, ce qui ne va pas sans m'inquiéter. La «nouvelle muséographie» a déjà fait des ravages, et elle menace aujourd'hui le Musée d'art et d'histoire de Genève. On connaît la chanson. «Plus ouvert, plus connecté au design et à la création contemporaine.» Plus quoi...

Un appel à dons 

Un comité scientifique a cependant été mis en place. Sophie Makariou, du Musée Guimet, le préside. Elle s'était paraît-il beaucoup engagée pour le Musée des Tissus. N'empêche que la dame ne s'est pas fait que des amis par sa gestion du Guimet. Le comité d'honneur aura à sa tête Stéphane Bern, ce qui me semble plus rassurant. Il y a aussi en ce moment une souscription pour trouver des fonds annexes. J'ai lu le document. Je suis d'accord avec Didier Rykner quand il juge dans «La Tribune de l'art» l'usage des futurs fonds aberrant. Les premiers 50 000 euros iront à un dispositif de réalité virtuelle en 3D. Les 150 000 suivant permettront la pose de bornes interactives (1). Les 80 000 d'après à la production de films pédagogiques sur la soie. C'est ensuite seulement qu'on se préoccupera de numériser une partie du fonds graphique et de restaurer les œuvres du musée qui en compte 2 500 000. On en est pour l'instant à 50 000, versés sur la plate-forme www.dartagnan.fr 

Pour la suite, les travaux devaient commencer début 2019. La réouverture est prévue pour septembre 2020. Il faudra bien sûr engager aussi vite que possible un nouveau directeur. L'excellent Maximilien Durand avait dû s'en aller en juin 2017 par manque de fonds. Renvoi. Et pendant ce temps-là, le Musée des cultures... Mais je crois que je me répète. 

(1) Ces choses-là intéressent peu les aînés. Les jeunes n'en ont pas besoin pour se retrouver connectés. Mais les quinquas, eux, ont toujours peur de rater le train en marche.

Photo (AFP): La robe de chambre de Vaucanson et le portrait de Jacquard dans l'exposiiton permanente intitulée "Le Génie de la Fabrique".

Ce texte intercalaire suit immédiatement celui consacré à la nouvelle exposition du Musée des Tissus.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."