Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Londres. Les policiers portent des caméras vidéos corporelles

Dans un nouveau projet pilote qui devrait durer une année, la Police Métropolitaine de Londres (MPS) vient d'équiper 500 policiers de caméras vidéos corporelles (CVC) qu'ils pourront activer en cas d'interventions.

Selon le Telegraph, les résultats de ce test détermineront si les caméras seront déployées à terme à l’ensemble des forces de l'ordre.

Ces appareils, petits, peuvent se fixer sur des lunettes, sur le col d'un uniforme ou sur une casquette, et une fois activés, enregistrent le champs visuel de l'officier qui le porte. Dans un esprit de transparence, un voyant rouge s'allume lorsque la caméra est enclenchée.

Les vidéos devraient assurer une plus grande clarté quant au comportement des policiers, éviter les accusations non fondées et accorder une justice plus rapide aux victimes. Les délinquants étant plus aptes à plaider coupable s'ils savent que l'incident a été filmé.

Pour Jeff Kukowski de Taser International, la société qui fabrique ces caméras, en cas de litige entre les forces de l'ordre et la population, ces vidéos devraient démontrer la réalité des faits. Et dans les cas où la caméra est utilisée pour filmer une scène de crime, elles pourra servir par la suite de pièce à conviction lors de la procédure judiciaire.

Le temps d'enregistrement de la carte mémoire est de 13 heures. La vidéo ne peut être exportée, effacée ou éditée. De retour au poste de police, la caméra est placée sur un socle de synchronisation qui télécharge les données filmées sur les serveurs de Tesla où elles sont stockées pendant 31 jours, avant d'être effacées.

Une étude par l'université de Cambridge, relayée par VentureBeat, a constaté qu'après avoir équipé 114 policiers de caméras vidéos corporelles à Rialto en Californie, il y a eu une réduction de 80% des plaintes provenant de citoyens et une baisse de l'usage de la force de 58%.

Selon le Commissaire Sir Bernard Hogan-Howe de la MPS dans arstechnica, «la vidéo capture des événements qui ne peuvent être retranscrits par écrit avec la même exactitude et il a été prouvé que la seule présence de ces caméras, peut désamorcer des situations potentiellement explosives».

L'ACLU (l'Union Américaine pour les Libertés Civiles) émet quelques réserves, soulignant que l'efficacité des caméras pour réduire le crime et dédouaner les policiers de leurs actes dépendra de leur bon usage. La possibilité qu'un policier désactive sa caméra à un moment propice étant leur principale préoccupation.

«Si les départements de police mettent en place des procédures pour interdire l'usage subreptice de l’appareil et offre une solution pour remédier aux désactivations inopportunes, selon Kade Crockford, directeur de l'ACLU, ces caméras pourraient réduire les incidents de brutalités policières et livrer des informations conformes à la réalité. Mais nous réservons notre jugement en attendant de voir comment les événements se dérouleront dans la pratique sur le terrain.»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."