Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Logements: du grand n’importe quoi!

C’est le foutoir, et nos élus s’en foutent, c’est bientôt les vacances !

Les journaux nous ont appris que la Berne Fédérale met en suspens l’analyse de la nouvelle modification de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT). Cela peut sembler anodin, mais c’est l’arbre qui cache la forêt… d’incompétences !

Revenons un peu en arrière. Le peuple a voté sur la première modification de cette loi pour ne pas gaspiller les terres, si rares en Suisse. Cette modification impose aux cantons de planifier le développement de leur territoire. Genève, bon élève pour une fois, a été le premier à présenter cette étude, le plan directeur cantonal 2013. Résultat, Berne renvoie sa copie à Genève en lui imposant de densifier les terrains déclassés avant de toucher à la sacro-sainte zone agricole.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Les logements PPE et locatif abordables ne seront plus construits, car le seul endroit pour pouvoir le faire est justement la zone agricole. Pour exemple, une fondation vient de mettre sur le marché moins de 50 logements à acheter pour plus de 300 candidats. Ces logements sont issus justement du déclassement de la zone agricole. Mais plus encore, la traversée de la Rade, oubliez ! Berne a en effet clairement dit, l’année dernière, que la Traversée ne pourrait être étudiée dans la Capitale que si Genève densifiait fortement sa rive gauche, à majorité de zone agricole. Vous voyez l’arnaque (http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/23406928)?!

Ensuite, cela conditionne directement l’avenir des lieux de loisir qui aujourd’hui déjà n’ont pas le droit de se trouver en zone agricole, comme le Grand Conseil l’a décidé pour une zone sportive, la Mournaz, dédiée à tout le monde. Et le politique s’en félicite !

Autre exemple, les manèges sont des activités non conformes à la zone agricole où pourtant ils se trouvent tous. Mais déclasser cela en zone sportive ou autre devient impossible avec les modifications de la LAT. Alors, c’est la condamnation à mort de ces entreprises soumises à des normes vétérinaires toujours plus sévères mais qui ne peuvent pas adapter leur outil, car non conforme à la zone.

Mais que font les politiques, ceux que nous avons élus à Berne et à Genève ? Rien. Car ils se frottent les mains qu’il n’y ait pas de plage, qu’il n’y ait pas de centre sportif à Perly-Certoux et que les manèges disparaissent, mais plus grave encore, ils se foutent de construire du logement à Genève.

Comme Néron qui a regardé brûlé Rome, envoyons nos enfants se loger et s’amuser en France, en les forçant donc à émigrer pour devenir des frontaliers !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."