Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Un album plein de fantaisie pour le Musée historique Lausanne

Crédits: Eugène Würgler/Musée historique Lausanne 2018

Quand un musée vous offre un livre anniversaire, il faut normalement craindre une pierre tombale. C'est pâteux et pataud, avec un rien de dur et de corseté. Dame! Il s'agit de marquer une événement sérieux, ou du moins se prétendant tel. Je me souviens ainsi avec effroi du coffret commis par le Musée d'art et d'histoire de Genève en 2010 avec cinq ou sept volumes coincés dedans. A quoi bon les sortir, du reste! Je me demande à quoi ce machin aura jamais bien pu servir, si ce n'est à caler une grosse commode.

Rien de tel avec «Musée historique Lausanne 100 ans», prévu à la fois pour rappeler le siècle écoulé et accompagner la réouverture de l'institution ce printemps. Pas de texte, ou presque. Il y a juste les vœux liminaires officiels d'usage et deux contributions en fin d'ouvrage, l'une étant signée comme de juste par le directeur actuel Laurent Golay. Le reste se compose de deux «galeries» afin de parler des gens et des objets, les idées se voyant donc développées in fine par écrit. Voilà qui laisse place à beaucoup d'images en tous genres. Il y a aussi bien là des photographies plus ou moins anciennes que la reproduction en couleurs de pièces donnant l'étendue de collections pour le moins diverses. Qu'y a-t-il de commun entre la plaque d'ascenseur provenant du 7, rue Haldimand (un ascenseur Stigler, je précise) et la chaise à porteurs (j'ose espérer qu'ils étaient tout de même deux!) de la famille Auberjonois. Rien si ce n'est de refléter la Lausanne de jadis et d'avoir ici déplacé plusieurs générations de Vaudois.

Mise en page réussie 

La mise en page fait énormément pour le livre. Elle est due aux Ateliers du Nord de Werner Jeker, un monsieur qui se retrouve par ailleurs dans l'ouvrage en tant que créateur de nombreuses affiches, entre autres pour l'Elysée. Il en sort un ouvrage qui fait du bien au graphisme romand, avec ses pages de vide respiratoire et ses reproductions de tailles très variées. L'ennui, dit-on, naît de l'uniformité. J'ajouterais «de la conformité» aussi. Avec «Musée historique Lausanne 100 ans» aucun risque. Avec ses associations d'idées souvent imprévues, la qualité de son impression et la fantaisie de son propos, il s'agit d'un album plutôt roboratif.

Pratique

«Musée historique Lausanne 100 ans», ouvrage collectif, aux Editions Favre, 255 pages.

Photo (Eugène Würgler/Musée historique Lausanne 2018): La construction du pont Bessières en 1910.

Ce texte intercalaire suite immédiatement l'entretien avec le directeur Laurent Golay.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."