Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE / Marie Rouanet rend visite à Jean Hugo

C'est une rencontre posthume. Rien n'aurait empêché Marie Rouanet de croiser, voire de fréquenter Jean Hugo. Née en 1936, elle vient de Béziers. Mort à 90 ans en 1984, l'arrière-petit fils du grand Victor s'était retiré à Lunel dès les années 1930. Seulement voilà! Les choses ne se sont pas faites. Marie a aperçu Jean une fois en 1981, à Montpellier. L'opéra reprenait le «Daphnis et Alcimadure», écrit en 1754 sur un livret en occitan. La langue que chante (au propre, car elle enregistre aussi des disques!) Marie. Elle a vu saluer l'auteur des costumes et des décors. Jean Hugo. 

Aujourd'hui la romancière et ethnologue dédie tout un livre à cet artiste discret, dont il faut chercher les toiles quelque part au Musée Fabre de Montpellier. «Dédier» semble le mot juste. Il ne s'agit pas d'une biographie. Par delà la mort, le ton reste celui de la conversation. L'écrivaine parle doucement au disparu. Son ouvrage, paru chez son habituel éditeur Albin Michel, s'intitule d'ailleurs «Murmures pour Jean Hugo». 

De Picasso à Cocteau

L'auteur d'une bonne trentaine d'ouvrages explique ce qu'ils ont en commun. L'amour de la terre, vue comme une vérité et un refuge. Celui d'un monde ancien, condamné à disparaître. L'univers de Marie se meurt, comme s'est envolé celui de Jean, affolé par la modernisation des campagnes. Hugo arrière-petit-fils fait ainsi penser au poète et photographe vaudois Gustave Roud, qui posa son appareil quand il vit le premier tracteur. 

Le peintre et son temps ne se voient pas oubliés dans ces «Murmures». C'est qu'à ces débuts, le jeune artiste a connu tout le monde. Il a été l'ami de Satie, de Radiguet, de Max Jacob, de Marie-Laure de Noailles, de Picasso, de Louise de Vilmorin (un cœur d'artichaut, qui fut un instant amoureuse de lui). De Jean Cocteau surtout, à qui tout l'opposait. Il y avait le mondain et le paysan. Le brillant et le discret. L'esprit libre et le catholique de choc. 

Mysticisme exacerbé

La composante religieuse se révélait en effet importante chez Hugo, d'autant plus qu'il s'agissait d'un converti. Comme Claudel, cet homme né dans une famille agnostique avait tendance à en faire trop. Une messe par jour au minimum. Mais, même s'il s'est félicité de l'entrée chez les moines de Citeaux d'un ami en disant que «Dieu qui lui avait tout retiré lui a tout rendu», il restait indulgent. Jean recevait ainsi le couple Christian Bérard-Boris Kochno sans arrière-pensée. 

Marie Rouanet se révèle excellente dans cette description intérieure. L'écrivaine émet juste des réserves, quand ce mysticisme lui semble entacher l’œuvre d'Hugo. Notamment pour les illustrations de «L'imitation de Jésus-Christ». «Je déteste ce texte doloriste, terrifiant, qui menace de tourments éternels, prêche les macérations,les sacrifices. Jean, pour une fois je peux bien vous le dire: votre saint Jean-Baptiste,il me fait honte pour vous.» 

Vous l'avez compris. Il s'agit là d'un excellent livre. «Murmures pour Jean Hugo» se situe en plus pour Marie après un bon roman «L'arpenteur», paru en 2012. Et, si je confesse (puisque que nous sommes dans le registre religieux) avoir moins aimé «La nègre» de 2010, je vous recommande «Mauvaises nouvelles de la chair» de 2008. Une enquête sur la boucherie et l'élevage. Un ouvrage aux antipodes de sa biographie actuelle... 

Pratique

«Murmures pour Jean Hugo», de Marie Rouanet, aux Editions Albin Michel, 190 pages. Sortie le 2 juin. L'illustration représente des "Barques" de Jean Hugo.

Prochaine chronique le jeudi 6 juin. Berne présente une grande exposition sur le symbolisme en Suisse.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."