Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Les musées de Bruxelles publient un "Bruegel et l'hiver"

Crédits: Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles 2018

Vous ne le savez sans doute pas encore. 2019 sera (entre autres) une année Bruegel. Je parle bien sûr du vrai et non de ses répétitifs enfants et petits-enfants, dont le nom s'écrit je ne sais trop pourquoi Brueghel. Le grand peintre flamand est mort en 1569 dans la quarantaine. On ignore en effet sa date de naissance, qui doit se situer autour de 1525. Vienne a inauguré le 8 octobre sa grande exposition, durant jusqu'au 13 janvier. Normal qu'elle se déroule en Autriche. Le Kunsthistorisches Museum possède de nombreux chefs-d’œuvre dont l'acquisition remonte à de lointains Habsbourg. 

Et la Belgique, qu'est-ce qu'elle fait pendant ce temps-là? Eh bien elle publie! Les Musée royaux de Bruxelles ne possédant que trois tableaux sûrs, les experts se battant comme des charretiers pour ce qui est de la paternité de deux autres, il n'y a pas de quoi multiplier les ouvrages. Ceci d'autant plus que «La chute des anges rebelles» a déjà fait l'objet d'un livre scientifique en 2014 dans le cadre d'un «pôle d'attraction inter-universitaire». Le même pôle se charge aujourd'hui du «Dénombrement de Bethléem» et accessoirement du «Paysage d'hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux», de décryptage plus simple. La saison froide faisant le joint, le volume s'intitule «Bruegel et l'hiver», la direction de ce travail collectif se voyant assumée par Tine Luk Meganck et Sabine van Sprang.

L'année 1566 

L'idée est de faire le tour du sujet. Le panneau date de 1566, l'année du grand iconoclasme calviniste. C'est aussi celle du début des révoltes aux Pays-Bas, la régente espagnole Marguerite de Parme se retrouvant vite dépassée. Il s'agit enfin l'un des hivers les plus durs du «petit âge glaciaire». On parlait alors avec effroi de refroidissement terrestre. Ce n'est bien sûr pas tout! La présence de deux auberges dans le «Dénombrement» a suscité une contribution sur les débits de boisson au XVIe siècle. L'idée sous-tendue par le recensement a fait aborder le thème de «l'impôt dans le Brabant de Bruegel». Il est bien sûr question de genre pictural. Avant Bruegel, la neige restait quasi inconnue dans l'art flamand. Je rappelle par ailleurs que tous les tableaux italiens jusqu'au XIXe siècle (à deux ou trois exceptions près) se passent en été, quand il y a du soleil... 

Tout cela apparaît intéressant, mais il y a tout de même du remplissage. On a fait long et luxueux parce qu'il s'agit d'un artiste important dont ne subsiste qu'une quarantaine de panneaux. Le sérieux de l'entreprise se voit à peine entaché par une énormité dans l'avant-propos de Michel Draguet, qui dirige les Musées royaux des beaux-arts de Belgique, aujourd'hui dans un état abominable. Draguet parle pour une critique de Bruegel de «vision habitée». Il attribue ce texte à l'Autrichien Robert Walzer. Il s'agit bien sûr du Suisse Robert Walser. Voilà qui fait mal!

Pratique

«Bruegel et l'hiver», sous la direction de Tine Luk Meganck et Sabine van Sprang, aux Editions Actes Sud, 248 pages.

Photo (Musée royaux de Belgique, Bruxelles 2018): Les patineurs du "Dénombrement de Bethléem".

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."