Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Les dessins d'Arles inédits de Van Gogh ne font pas l'unanimité

Crédits: Editions du Seuil

Si la controverse paie en matière d'art vivants, je ne suis pas sûr qu'il en aille de même avec les arts non pas morts, mais plastiques. Je me demande du coup quelles seront les ventes en librairie de «Le brouillard d'Arles», sorti aux éditions Seuil. L'affaire semble en effet plus que brumeuse. Si la maison parisienne soutient la publication mondiale de ce carnet d'inédits de Van Gogh, accepté par plusieurs experts, le Museum Van Gogh d'Amsterdam parle d'imitations. 

Le livre a donc paru le 17 novembre. Un ouvrage plutôt luxueux et cher (107 francs en Suisse). Assez grand pour un carnet. Il y a à l'intérieur les fac-simile de 65 dessins, non signés mais datables des années 1888 à 1890. Ceux-ci seraient des premier jets, à main levée, pour des toiles aussi célèbre que «Branches d'amandiers en fleurs» ou «Les iris». Il y a là tout ce qu'il faut en matière de cyprès tourbillonnants, d'oliviers en vrille et de soleils hallucinés. Plus un autoportrait et une effigie de Paul Gauguin.

Plusieurs erreurs

Trop beau pour être vrai? Cet ensemble, redécouvert «après cent vingt ans d'oubli» par Franck Baille a séduit aussi bien la Canadienne Bogomila Welsh-Ovcharov que Ronald Pickvance. Au Museum Van Gogh, qui fait la loi, Teio Meedenhorp et Louis Van Tilborgh se montrent en revanche plus que méfiants. Rien ne joue, à les entendre. Il n'y a aucune évolution stylistique entre 1888 et 1890, alors qu le Hollandais changeait alors sans cesse de manière. Les erreurs topographiques se révèlent flagrantes. L'encre utilisée n'est pas la bonne. Enfin, la provenance leur semble douteuse. Bref, «c'est monotone, maladroit et sans esprit.» 

Et qu'est-ce que cela donne, «de visu»? Une drôle d'impression, provoquée sans doute pour bonne part par la polémique. Je ne sais pas si vous êtes déjà allé à Amsterdam au Museum Van Gogh. Eh bien vous verrez là des chefs-d’œuvre incontestés, de fort bons tableaux et un certain nombre d'horreurs. Artiste génial, Vincent ne possédait pas le talentlui permettant de produire des toiles et des dessins montrables les jours sans. Reste qu'il y en aurait ici un important nombre, de ces derniers...

Pratique

«Le brouillard d'Arles, Carnet retrouvé», fac-similé commenté par Bogomila Welsh-Ovcharov, aux Editions Seuil, 288 pages.

Photo (Editions Seuil): L'autoportrait contenu dans ce carnet inédit.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."