Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/"Le mythe de l'artiste" contemporain revu et surtout corrigé

Crédits: Planète Déco

Il y a longtemps que les peintres, alors qualifiés de «rapins», ne se promènent plus avec un béret et une grosse cravate Lavallière. La Bohème est terminée, même si la vie des créateurs semble aujourd'hui matériellement plus difficile que vers 1900. Les artistes ne cherchent guère aujourd'hui à se distinguer des bourgeois (qui n'existent d'ailleurs pratiquement plus) par une tenue particulière. Notons cependant que les gens s'occupant, face au public, de création contemporaine finissent cependant par dégager un type. La longue bringue tout en noir avec des cheveux courts (obligatoirement bruns) et l'air anorexique reste ainsi très présente dans les galeries. 

Isabelle de Maison-Rouge a entrepris de démonter «Le mythe de l'artiste» dans un ouvrage paru chez Le Cavalier bleu. Si l'apparence s'est modifiée, les clichés demeurent ancrés. Peintres, sculpteurs, installateurs ou vidéastes ne cherchent pas forcément leur inspiration dans des substances inavouables. Ils n’œuvrent pas tous dans la solitude. La majorité ne dispose pas (à son grand regret, d'ailleurs) d'un atelier. Les plasticiens doivent aujourd'hui avoir le sens des réalités. Je dirais même qu'une école comme la HEAD genevoise leur apprend avant tout à se vendre. Ce ne sont ni des fainéants, ni des privilégiés, ni des hypersensibles. Dire qu'ils sont le poil à gratter des la société (même si certains intéressés le croient encore) ne semble plus de mise. Quant à l'affirmation que la censure a disparu, elle semble téméraire à Isabelle. L'occasion de rappeler de cuisantes affaires récentes.

Célébrités et inconnus 

Tout cela se voit bien raconté, sans jargon ni grandes phrases, à partir des conversations que l’auteur (je mets au masculin vu que la dame se dit "docteur" et "professeur") a depuis longtemps développé avec des gens de métier. Ils se révèlent nombreux. Certains sont célèbres comme Sophie Calle, Hervé Di Rosa ou Bertrand Lavier. D'autres restent d'un renom confidentiel. Il ne faut pas oublier que l'Agessa française compte aujourd'hui 202 425 artistes auteurs, ce qui élimine les comédiens comme les musiciens interprètes. Un chiffre affolant. Insensé. Une infime proportion de ces gens vit de sa pratique. 

Un dernier point. Pendant ma lecture (dans un train), j'ai souvent eu une impression retrouver un texte. Mais pas tout le temps. Je me suis dis que les idées sont dans l'air. Ou que chaque consultation d'un livre rend attentif à d'autres choses. Vérification faite, je vous ai bien une fois parlé de cet ouvrage. Il s'agit en fait d'une nouvelle édition, mais revue et surtout augmentée.

Pratique

«Le mythe de l'artiste, Au-delà des idées reçues», d'Isabelle de Maison-Rouge, aux Editions le Cavalier bleu, 228 pages.  

Photo (Planète Déco): Un atelier, c'est souvent un coin de chambre.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."