Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/André Kasper sort "Ouarning! Peinture fraîche et résistante"

Crédits: André Kasper, photo Olivier Junod, image tirée du livre

«J’ai commencé à peindre à l’huile en 1982, à 18 ans. Surtout des copies de peintres anciens, sur commande, et peu de toiles personnelles. Ces peintures-là, j’y réfléchissais. Car je voulais des tableaux finis sans passer par des couches de repentir, je voulais une création sans tâtonnement.» Voilà ce que déclarait en 2014 André Kasper dans «Ecrit pendant que ça sèche», le film que lui a consacré Frank Preiswerk. 

Le problème, c'est qu'il faut ensuite continuer, et qu'une vie d'artiste se révèle peu aisée. Le Genevois se situe en dehors des modes, des courants et des cénacles. Il ne fait du coup pas partie du cercle de ceux qui se voient soutenus par les galeries d'art pointues ou les fonds d'achats locaux. C'est difficile, quand on pratique la peinture à l'huile! Notez que les hasards jouent un peu. Il y a des classiques parmi les contemporains officiels. Toujours est-il qu'André Kasper ne figure ni dans l'énorme «Artistes à Genève, de 1400 à nos jours», sorti en 2010 aux Editions Notari, ni même dans le tout récent «Guide contemporain» de la FLAC romande, qui comprend pourtant quelque 350 noms lausannois, vaudois et genevois.

Un état des recherches

André Kasper, qu'on a pu voir au Musée de Carouge, chez Krisal, chez Témoin ou dans la Galerie de l'Univers à Lausanne, sort aujourd'hui un nouveau livre «Ouarning! Peinture fraîche et résistante». L'ouvrage se présente comme une suite au «Quotidien lyrique», paru en 2010. «Il me semble qu'exposer l'état de mes recherches me permet plus sûrement et plus rapidement de les approfondir.» Il faut préciser que l'artiste accorde aujourd'hui davantage d'importance à la figure, alors qu'on l'a longtemps connu comme l'homme des paysages aux ruines romaines. Ceux-ci restent présents dans la «première partie», qui propose un choix de tableaux exécutés entre 2011 et 2013. Les «salles d'attente» viennent ensuite. Ces grandes toiles carrées occupent l'essentiel du volume, avant que le paysage à l'italienne revienne en force avec ses bâtiment semi écroulés, pris dans la terre, et les mystères qui en découlent. 

L'ouvrage est lui aussi produit hors du système éditorial. Il sollicite du coup, mais a posteriori, un financement participatif. Cet album aimerait également inciter son lecteur à rencontrer l'artiste dans son atelier. Le plus simple est que je vous donne l'adresse d'André Kasper, andrekasper@bluewin.ch Il y a en effet peu de chances pour que vous trouviez «Ouarning!», paru chez Exorma Ed., dans toutes les librairies. 

Photo (Olivier Junod): L'une des "Salles d'attente" d'André Kasper. Celle-ci est dite "à la paroi végétale". Image recadrée. Le tableau est en fait carré.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."