Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LISTE/Quels sont les must suisses de 2015?

Pas facile de connaître le programme des musées suisses pour 2015. Même en se contentant des principaux, puisqu'ils sont dans les 1100, tous genres compris. Il n'existe en effet pas de politique globale de communication. Chacun y va de ses explications, parfois partielles. La Fondation Beyeler de Bâle, qui fait partie des institutions les plus visitées du pays, ne cite ainsi ses expositions que pour les premiers mois de l'année. Il faut dire qu'avec "Paul Gauguin", elle entend battre des records d'affluence. D'où des efforts particuliers. J'ai reçu un mail me demandant d'offrir des billets comme cadeaux de Noël. Notez qu'on peut comprendre. Au prix où sont les entrées dans le musée privé de Riehen... 

La liste que je vais donner est donc incomplète, subjective et parfois sujette à caution. Il peut se passer bien des choses d'ici décembre 2015. Je me contenterai de vingt-deux propositions. 

Bâle

"Paul Gauguin", Fondation Beyeler, du 8 février au 28 juin. La plus coûteuse et la plus complexe exposition montée par le musée privé depuis son lancement en 1998. Cinq ans de travail. Gauguin a été jadis montré chez les Gianadda comme chez les Thyssen, quand ils étaient à Lugano.

"Art/Basel45", Messe, du 18 au 21 juin. Il s'agit d'une foire, bien sûr. Mais aussi d'une des plus vastes expositions d'art contemporain du monde avec 300 galeries, plus Art Unlimited, plus Miami Basel Design, plus "Liste" à l'ex-brasserie Warteck, plus... Mais j'arrête là.

"Anticythère", Antikenmuseum, dès septembre. En 1901, des plongeurs découvraient en mer Egée deux épaves. Elles étaient chargées d’œuvres d'art grec antique, bien sûr. Mais il y avait aussi là un étrange mécanisme passant de nos jours pour le plus vieil ordinateur du monde. 

Berne

"Henry Moore", Zentrum Paul Klee, du 30 janvier au 25 mai. Le lien avec Klee n'est pas seulement ténu. Il apparaît inexistant. N'empêche que le sculpteur anglais, disparu en 1986, méritait un hommage suisse. L'exposition est montée par la Tate Britain et le British Council.

"Klee-Kandinsky", Zentrum Paul Klee, du 19 juin au 27 septembre. Le rapport est ici évident. Les deux hommes ont enseigné au Bauhaus. ils ont échangé leurs œuvres. On ne sait encore pas grand chose de cette manifestation, qui s'annonce comme un événement de l'été helvétique.

"Toulouse-Lautrec et la photographie", Kunstmuseum, du 28 août au 13 décembre. Comme bien d'autres artistes, depuis Delacroix, l'Albigeois a utilisé la nouvelle invention. C'est l'occasion de mettre en relation des tirages argentiques et les toiles du maître, mort à 37 ans en 1901. 

Genève

"J'aime les panoramas", Musée Rath, du 12 juin au 27 septembre. Du papier peint au pavillon d'exposition universelle, le panorama a été un grand genre pictural du XIXe siècle. L'exposition, voulue globale, entend pousser la curiosité jusqu'à nos jours. Quand on aime...

"Peintures italiennes, anglaises et espagnoles", Musée d'art et d'histoire du 26 juin au 31 décembre. Le MAH devrait publier son nouveau catalogue des peintures italiennes. C'est l'occasion de montrer, avant la fermeture (si elle a lieu...) les collections en sortant des choses de caves.

"Jean-Pierre Saint-Ours", Musée d'art et d'histoire, du 25 septembre au 31 décembre. La rétrospective promise depuis des décennies. Le peintre néo-classique genevois est mort en 1809, après avoir vécu à Paris et à Rome. On lui doit des portraits comme des compositions historiques. 

Lausanne

"William Eggleston", Elysée, du 30 janvier au 3 mai. Né en 1939 à Memphis Tennessee, le photographe a passé du noir et blanc à la couleur en s'inspirant au départ de Robert Frank et de Cartier-Bresson. On ignore la suite du programme proposé en 2015 par le musée vaudois.

"Paris, à nous deux!", Musée cantonal des baux-arts, du 5 février au 26 mars. Le cri balzacien a longtemps été poussé par des artistes romands, partis pour la capitale française. Ils y cherchaient un enseignement puis la gloire avant de (parfois) en revenir. Et aujourd'hui?

"De Raphaël à Gauguin", Hermitage, du 6 février au 25 mai. Le Genevois s'intéresse au dessin ancien depuis une trentaine d'années. Il a déjà montré des pans de sa collection dans de nombreuses villes, dont Genève. La sélection couvre cette fois l'ensemble des écoles représentées. 

Martigny

"Matisse en son siècle", Fondation Gianadda du 19 juin au 22 novembre. Une nouvelle collaboration développée avec le Centre Pompidou. Ce sera sans doute très fastueux en dépit du décor du musée privé valaisan, qui gêne de plus en plus le regard.

"Zao Wou Ki", Fondation Gianadda, du 4 décembre au 12 juin 2016. Le peintre chinois, naturalisé Français en 1964, est décédé à Nyon en 2013. Il avait 93 ans. Le moins qu'on puisse dire est que ses héritiers se déchirent. Sa veuve a créé une fondation à Genève.

Vevey

"Ferdinand Hodler, La collection Rudolf Schindler", Musée Jenisch, du 25 juin au 4 octobre. L'an dernier, l'institution vaudoise recevait d'un amateur centenaire plus de 600 feuilles du Genevois d'adoption. Les amateurs pourront en voir cet été une sélection.

Winterthour

"Richard Deacon, The Other Side", Kunstmuseum, du 22 août au 15 novembre. "Je ne sculpte pas, je ne modèle pas, je fabrique." Né en 19949, le Gallois tient à définir son travail apparemment abstrait. Il est bien représenté dans les collections du Kunstmuseum, qui lui donnera carte blanche. 

"Hodler, Anker Giacometti, Chefs-d'oeuvre de la Collection Christoph Blocher", Museum Oskar Reinhart, du 11 octobre au 31 janvier 2016. Le loup sort du bois. Ses goûts se rapprochent de ceux du milliardaire de Winterthour Stefanini, dont la collection est aujourd'hui exposée à Martigny.

Zurich

"Six siècles de collections graphiques", Kunsthaus, du 23 janvier au 19 avril. Le cabinet des dessins a été créé en 1915, d'où l'exposition anniversaire. Elle ira de Raphaël à Cézanne et même au-delà. Le Kunsthaus montre rarement ses bonnes feuilles. Il faut saisir l'occasion.

"Monet, Gauguin, Van Gogh... Inspiration japonaise", Kunsthaus, du 20 février au 10 mai. Après l'ouverture au monde du Japon en 1854, son art a déferlé sur l'Occident. De nombreux artistes, impressionnistes, mais aussi académiques, se sont laissé séduire par le "japonisme".

"Europe, l'avenir de l'histoire", Kunsthaus, du 12 juin au 6 septembre. Le musée zurichois se lance dans le thématique. Il s'agira d'explorer ce que peut constituer un art européen, hier comme aujourd'hui et bien sûr demain. Il y aura 100 créations de 50 artistes... même suisses.

"Sepik", Museum Rietberg, du 10 juillet au 11 octobre. Le plus long cours d'eau de Nouvelle-Guinée a vu fleurir un art tribal d'une rare puissance, aujourd'hui à la mode. Pour le Rietberg, il s'agit d'une nouvelle collaboration avec le Quai Branly de Paris, qui reprendra la chose en fin d'année.

"La magie des signes", Museum Rietberg, du 20 novembre au 20 mars 2016. Vouée aux arts extra-européens, l'institution doit pondérer ses expositions entre les continents. Nous serons cette fois en Asie avec trois mille ans de calligraphie chinoise. Un art qui nous reste donc abstrait.

Photo (Fondation Beyeler): L'un des tableaux de Gauguin promis dès février 2015.

Prochaine chronique le jeudi 1er janvier. On a beaucoup parlé du legs Gurlitt au Kunstmuseum de Berne. Mais qu'y a-t-il exactement dedans?

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."