Reymondinblaise2

MARKETEUR À L'ÈRE DU CLIENT CONNECTÉ

Blaise Reymondin a cofondé en 2004 l'une des premières agences spécialisées dans le web marchand. Aujourd'hui conseiller indépendant en marketing digital, il aide ses clients à comprendre les enjeux de la transformation digitale et tirer profit de l'Internet. A 46 ans, Blaise a collaboré avec plusieurs centaines d'entreprises et tissé des liens avec de nombreux dirigeants.

BlaiseReymondin.com

Lifehack, hackathon… Le hacking se décline sur tous les tons

De nouveaux cas de hacking apparaissent chaque jour, suscitant une avalanche médiatique : des mots de passe et numéros de carte de crédit dérobés par millions, des histoires de malversations, de piratage par intrusion, des sites web détroussés ou falsifiés, des ordinateurs personnels auxquels on aura injecté, à leur insu, des virus ou programmes malveillants...

Aucun secteur n’est épargné, et à l’heure où l’on s’interroge sur les risques liés à l’informatique embarquée dans les voitures et aux systèmes de divertissement à bord des avions, on peut légitimement s’inquiéter d’une société qui devra bientôt compter avec des milliards d’objets tous interconnectés, et par conséquent vulnérables.

Une génération de débrouillards ?

Mais en marge d’une cybercriminalité galopante, le terme hack entre dans le langage courant pour désigner toute forme de solution ingénieuse. Ainsi, le hacking devient un véritable phénomène de mode depuis que le neo-hacker a érigé la débrouillardise en art de vivre. Son passe-temps favori ? Le détournement des technologies, des appareils du quotidien, et même du conformisme. Il excelle dans l’art de dévier la fonction première des objets pour en doper les capacités, les déconstruire pour en recréer des usages inédits. En tout bien tout honneur, ou à peu de chose près.

Je vous propose de parcourir huit facettes d'un univers plus accoutumé aux stimuli de matière grise qu'à la haute filouterie. Car au-delà de la satisfaction de biaiser le système, la motivation de ces pirates d’eau douce est d’abord de se réinventer un mode de vie.

1. Lifehack

Encouragé par la crise, le lifehack fait l'apologie des bonnes combines utiles à la vie de tous les jours, que l'on réalise soi-même. Du temps de mon grand-père, on appelait cela le « système D ».  En apportant une deuxième vie aux objets, il s'inscrit dans la mouvance du développement durable.


Ranger ses écouteurs dans un rouleau adhésif vide (via lifehacker.com)


Le piano se mute en bibliothèque (via Recyclart.org)

De nos jours, les as de la bidouille excellent évidemment dans le numérique. Par exemple, ce blogueur malin qui utilise un nano-ordinateur Rasperry PI pour mesurer les visiteurs dans un magasin physique avec Google Analytics, et ensuite recouper les données avec les visites engendrées sur le web. L'auteur fait également la démonstration d'un mécanisme pour suivre à la trace les déplacements de son chien avec un GPS.

Preuve de cette popularité, le site de ventes privées Qoqa.ch a lancé un concours de lifehack cet été.

2. Hackerspace 

Les espaces collaboratifs sont tendance et les initiatives se multiplient en Suisse. À Lausanne, l’Hackarium a récemment ouvert pour proposer un espace de travail aux flibustiers de bureau. Des passionnés de tous horizons s’y réunissent pour collaborer sur des projets, dans une atmosphère détendue et stimulante, en pratiquant l’échange intensif de connaissances. 

3. Biohacking

La biologie participative, ou biohacking, s'exerce hors des laboratoires et milieux académiques traditionnels. Elle ambitionne de démocratiser la biotechnologie pour en faire émerger des innovations ou des œuvres d’art à partir du vivant

4. Growth Hacking

Croisement du geek et du spécialiste en marketing, le growth-hacker échafaude des stratégies de croissance originales, en mode accéléré. Il active avec tact les technologies qu'il maîtrise parfaitement, optimise les processus d'acquisition avec des mesures analytiques, et sait comment tirer profit des réseaux sociaux. Un exemple ? Le service cloud Dropbox a connu une croissance exponentielle grâce à un concept fort rusé: les utilisateurs reçoivent de l’espace de stockage supplémentaire chaque fois qu'ils parrainent des connaissances et que ces derniers rejoignent la plateforme, par invitation personnelle ou via les réseaux sociaux. Lancé en 2008, Dropbox compte aujourd’hui plus de 300 millions d’utilisateurs dans le monde, pour une valorisation supérieure à 10 milliards d'US$.

5. Hackathon 

Comment « aller au plus vite », dépasser ses limites jusqu’à renoncer au sommeil pour accomplir un défi, une mission ? Du 10 au 12 octobre aura lieu le HACKzürich, un hackathon où 300 hackers s'affronteront pendant un marathon de 40 heures non-stop, pour créer développer des applications web, desktop et mobiles. 

6. Hack industriel

Pourquoi devrait-on restreindre l'usage des produits à l'emploi souhaité par les fabricants ? C'est ce que semble nous dire cet étonnant blog dédié à la transformation des meubles Ikea. Connaissez-vous le Hackintosh ? Un ordinateur de type PC, mais sur lequel des petits futés auront réussi à faire fonctionner le système d'exploitation OS X d'Apple, normalement disponible exclusivement sur Macintosh. Et dans la catégorie de pique-assiettes industriels, cette marque australienne pousse le culot jusqu’à vendre des capsules de thé et de boissons chocolatées destinées aux machines à café de Nespresso.

7. Hack-achat

Afin de réaliser des économies, il est parfois possible de contourner la géolocalisation des sites web pour profiter d'offres libellées en US dollar, plus avantageuses. Pour feinter, il suffit de faire croire que l’on habite aux États-Unis avec l'aide d'un tunnel VPN. Certains sites se laissent ainsi duper et proposent des prix habituellement réservés au marché américain. Assez efficace pour des achats dématérialisés comme des logiciels ou des médias à télécharger, lorsque l’adresse de livraison n’est pas indispensable. Un autre classique consiste à parcourir les rayons d'un détaillant et de comparer les prix sur son smartphone, en poussant même le vice jusqu'à scanner le code barre. C'est certes très mal vu, mais un paramètre que les commerçants ne peuvent plus ignorer.

8. Hack-farce

Le hacker de technologies peut aussi s’avérer farceur à l'occasion. Ce canular digital conduira les voisins au supplice, forcés de regarder un clip vidéo de Rick Astley après que leur téléviseur équipé du lecteur multimédia ChromeCast ait été piraté à distance. Une sorte de dépoussiérage de la caméra cachée, à l'ère de Youtube… 

 

Des sites se sont spécialisés dans le recensement de hacks, pour sourire ou encore comme source d'inspiration:

hackaday.com
lifehack.com
recyclart.org 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."