Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Libera nos a malo.*

Cela fait 6 ans que j’ai ouvert mon compte Facebook. Six années à poster des photos de moi, des événements auxquels j’ai assisté, des plats que j’ai mangés, des gens que je connais, même parfois de ma progéniture. Six années aussi à poster des statuts plus ou moins personnels, des chansons, des pensées, des coups de gueule, des citations. Six années et des milliers de posts, des dizaines de jours consacrés au géant bleu, mais cette fois, je crois que j’y suis arrivée : je sais comment me servir de mon compte !

Depuis plusieurs semaines, je ne poste quasiment plus rien. Je fais de la « curation » de contenus, c’est-à-dire du partage d’informations, du relais d’actualités. Mon profil Facebook m’apparaît aujourd’hui dans sa dimension la plus intéressante : un agrégateur de contenus. Celui des gens qui font partie de mon cercle, mais aussi des marques et des médias auxquels j’ai choisi de m’abonner. Car, il faut bien l’avouer, avec plus de 500 « amis », il devenait difficile de considérer mon profil comme un profil personnel, privé. A moins, bien sûr, de qualifier chacun de mes contacts en le mettant dans la case correspondante, dans le bon groupe, avec les bons paramètres de confidentialité…

D’un autre côté, en ce qui concerne mes vrais amis, ils ont de mes vraies nouvelles lors de nos vraies rencontres. Quant à mes contacts professionnels, ils savent ce qu’il y a à savoir grâce à Linkedin, le réseau dédié. Du coup, j’ai bien dû admettre que, me concernant, Facebook avait deux atouts majeurs : le Messenger – qui me permet d’entrer en contact bien plus rapidement et plus efficacement que n’importe quel autre moyen de communication avec mon réseau – et le fil d’actualité – qui me permet de survoler rapidement les news essentielles de la journée et les sujets qui font débat. Pour le reste… Et puis, c’est fastidieux de classer les gens, surtout parce que Facebook a, volontairement ?, rendu l’exercice encore plus fastidieux dans la gestion des contacts.

Trahison suprême, j’ai rompu le lien qui existait entre mon profil Facebook et mon compte Twitter. Une marque de plus de la fonction que je donne dorénavant au réseau social qui avait pris le plus d’ampleur dans ma carrière digitale, mais avec, probablement, le moins de pertinence. Chaque chose ayant une fonction, il en va de même avec les réseaux, sauf que déterminer celle qu’on leur donne prend probablement plus de temps qu’avec une friteuse dont l’objectif paraît peu discutable.

Ainsi s’achève une relation passionnelle de 6 ans avec Mark Zuckerberg et son sublime business model qui nous a tous transformés en « hommes-sandwichs » numériques, une relation qui devient dorénavant monodirectionnelle : il donne, je prends. Je sais, ce n’est pas très sympa, ni très chrétien. Mais je ne m’inquiète pas pour Mark et son chiffre d’affaires : d’après mon fil d’actualité, il a encore de beaux jours devant lui…

 

*Délivre-nous du mal.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."