Aymeric Jung

MANAGING PARTNER CHEZ QUADIA IMPACT FINANCE

Membre de Sustainable Finance Geneva, Aymeric Jung est managing Partner de Quadia Impact Finance et aussi membre fondateur de Slow Money Francophone pour soutenir l’investissement direct dans les systèmes locaux de nourriture avec l’esprit de la finance durable. Il continue ainsi son rôle en ingénierie financière commencée en banque d’investissement et sur les marchés financiers.

Après un Master d’Economie et de Gestion et un 3ème cycle de spécialisation en Finance Internationale de l’Université Paris IX Dauphine, Aymeric Jung a intégré en 1995 le Crédit Lyonnais sur les Produits Dérivés à Paris, Zurich et Londres, d’abord en Origination, puis comme responsable de l’Ingénierie Financière sur les Fonds d’investissement. Il a ensuite rejoint les équipes du Crédit Suisse, puis de Lehman Brothers jusqu'en Septembre 2008 et la banque Nomura.

Principalement orienté vers l’innovation et la flexibilité pour les investisseurs, il a participé à la création de la première Reverse Convertible Notes en Suisse en 1998, puis aux options sur fonds et hedge funds en 2000 et ensuite à la gestion des risques extrêmes de 2007 à 2013.

Plus récemment, son analyse sur la dérive des marchés financiers l’a amené à se concentrer sur des projets en Finance Solidaire et en Impact Investing en faveur de l’économie circulaire.

Les vacances de Monsieur Hulot: philanthrope, financier et anthropocène

Irez-vous en vacances en Italie cette année? Monsieur Hulot va certainement s’y rendre plusieurs fois. Dans le film de Jacques Tati réalisé en 1953, un personnage burlesque et atypique vient déranger “l’ordre établi d’une communauté de petits bourgeois. S’enchaînent des situations comiques, décalées, avec un personnage toujours à côté de la plaque.”

Ce personnage joué par J.Tati, fut inspiré par le grand père de Nicolas Hulot, et c’est bien à Nicolas Hulot que je pense pour parler de l’Exposition Universelle de Milan qui se déroule du 1er Mai au 31 Octobre autour du thème “Nourrir la planète, énergie pour la vie”.

Environnementaliste et envoyé spécial de la présidence de la République Française pour la protection de la planète, Nicolas Hulot veut mobiliser, entre autre, les autorités religieuses autour du climat. Il débattra le 11 Juin à l’Expo 2015 avec le cardinal Ravasi, président du conseil Pontifical de la Culture. (à ce propos, le Vatican a annoncé la publication de l’encyclique sur l’écologie pour 2015).

Alors, parler du climat, est-ce être à côté de la plaque et déranger l’ordre établi pendant une Exposition Universelle ?

Initiées en 1851 à Londres, les premières Expositions Universelles célébraient les réalisations industrielles des nations et donc, indirectement, le début de ce qu’on appelle aujourd’hui l’ère Anthropocène. Les thèmes sont rassembleurs, toujours d’intérêt et d’actualité pour l’ensemble de l’humanité. Cela n’a pas été sans certains paradoxes. En 1873, Vienne fête la culture et l’éducation alors qu’une grave crise économique se propage. En 1937 se faisaient face les pavillons Allemands et Russes, et en 1939 New York réfléchissait à « la construction du monde de demain ».

Pour l’Expo Milan 2015, le pavillon Suisse s’inscrit totalement dans la thématique avec la représentation de quatre tours en forme de silos remplies de café, eau, sel et pommes séchées. Elles sont en libre service pendant les 6 mois de l’Exposition, mais en quantité limitée, et illustrent ainsi la responsabilité de chacun. Servez-vous, mais réfléchissez à ce qui restera pour les visiteurs suivants. Bâle, Zurich et Genève s'allieront en septembre sur le thème "Urban food innovation". La nourriture touche tout le monde (certains plus que d’autres) et son impact social et environnemental ne cesse « d’alimenter » de nombreux débats (d’ailleurs des polémiques ont eu lieu autour de l’Expo 2015 concernant certains partenaires!).

Aussi en Mai, le 19, A. Merckel et F. Hollande ont fait une déclaration conjointe. Ils veulent, pour la conférence à Paris COP21, un accord qui soit "ambitieux, global et contraignant". Ils souhaitent “contenir le réchauffement climatique mondial au moins sous la barre des 2°C par rapport aux niveaux préindustriels”.

Je ne crois pas qu’il existe une approche unique, mais au moins le thème de l’Expo a pour mérite de faire réfléchir et discuter plusieurs acteurs qui pensent différemment pour des solutions qui seraient complémentaires. Le problème est soulevé, le terrain mis à disposition, à nous d’aller en Italie et d’être constructifs. Impliquons nous pour apprendre (B.Franklin: ”Tu me dis j’oublie. Tu m’enseignes je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends). Il est certain que l’humanité ne peut plus se nourrir comme elle le fait aujourd’hui. Une Exposition Universelle, c’est “un événement de six mois qui lance un processus de progrès et d’innovations qui dure dix ans" d’après J.C Fromantin, promoteur de Paris pour l'Expo 2025.

Le Pavillon Suisse communiquera aussi sur ce qui lui est associé traditionnellement, le chocolat et le fromage. Et la banque dans tout ça? Pas le secret bancaire, mais les services financiers. Et si justement la Suisse, et plus particulièrement Genève, y communiquaient sur la Finance Durable. Une finance innovante qui se concentre sur des solutions environnementales grâce à la Philanthropie mais aussi à l’Impact Investing. Une finance responsable qui corrigerait les dégâts de l’ère industrielle. Finance et Philanthropie collaboreraient alors pour devenir Finanthropocène?!

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."