Consultant

Après une carrière comme officier de renseignement, Yves Baeumlin a dirigé dans les années 90 la célèbre agence Kroll à Paris, pionnière de l’intelligence d’entreprise. Actif dans ce domaine depuis 1997 au sein de la société genevoise Redmont-Advisory SA, il fournit des informations stratégiques aux entreprises.

Les services flippent aux USA et floppent en Allemagne

Alors qu'en Allemagne s'est ouvert le procès de la filière néo-nazie qui a agi au nez et à la barbe des services de police criminelle et du Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV), le service de renseignement fédéral interne, l'indignation de la population allemande grandit. Les victimes de la bande criminelle étaient essentiellement des Turcs et des policiers. La population turque en Allemagne stigmatise les services de renseignement allemands qui n'auraient pas accompli leur mission avec le même zèle que si c'étaient des victimes allemandes pure souche...

Pendant ce temps, aux USA, les services fédéraux de lutte contre le terrorisme, et particulièrement le FBI, sont critiqués d'une part pour ne pas avoir suffisamment surveillé les réseaux sociaux, mais aussi pour ne pas avoir donné suite à la demande d'enquête des services russes. Ceux-ci avaient attiré l'attention sur les frères Tsarnaev, auteurs présumés de l'attentat de Boston. Une bavure. Aujourd'hui, ils surréagissent. Exemple récent, un lycéen du Massachusetts,Cameron D'Ambrosio, a posté sur Facebook des supposées menaces terroristes sur fond de rap. Il est arrêté par la police car ses paroles mentionnaient la Maison Blanche et les attentats de Boston. On l'accuse d'avoir proféré des menaces terroristes, ce qui est un crime fédéral. Il risque 20 ans de prison. Sa caution a été fixée à un million de dollars.

Les gouvernements peuvent contrôler tous les mobiles

Au bout du compte, le travail des services de renseignement ne se fait plus que derrière un ordinateur. Ils passent leur temps à traquer tout ce que nous faisons avec nos ordis, Smartphones et tablettes. Avez-vous remarqué que toutes les mises à jour de votre Smartphone vous demandent systématiquement d'avoir accès à toutes vos données et de pouvoir en prendre le contrôle ? Même des apps banales demandent à avoir accès à l'intégralité de votre appareil... bizarre, non ?

Grâce à FinSpy, une solution de surveillance à distance, les gouvernements peuvent contrôler tous les mobiles dans leur pays ou à l'étranger, sans autorisation. Dès que l'application est connectée à un réseau, n'importe où dans le monde, ils peuvent intercepter toutes les communications Skype ou Voice over IP, utiliser le micro ou la caméra à l'insu de l'usager, extraire tous les fichiers de votre ordinateur, piquer les mots de passe. Le tout en contournant les antivirus. Pour se cacher, le système rend anonyme les proxies. Il est loin le temps où il fallait une autorisation du juge pour intercepter une ligne téléphonique.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."