1Jerome Schnoebelen

SPÉCIALISTE DES MÉTIERS D'ART

Diplômé en management international et marketing en 1997, Jérôme Schnoebelen s'est spécialisé dans le secteur du luxe afin de répondre à sa passion pour les savoir-faire d’exception. En 2012, il obtient un master en management du luxe à Genève. Dans le cadre de ses études, il a rédigé un mémoire dans le domaine de l’Art Bottier en 2011 puis une thèse relative aux Métiers d’Art en Europe vs. Chine en 2012. Il est à l’origine, en 2010-11, de deux recueils qui approfondissent la connaissance des marchés et des Maisons et marques de luxe des souliers et de l’horlogerie. Ces différentes recherches ont été marquées par de nombreuses rencontres avec des dirigeants et acteurs prestigieux du luxe tels qu’Hermès - Shang Xia, les Maisons d’Art Chanel, Berluti, Piaget, Audemars Piguet, Richemont ...

A 41 ans, Jérôme a œuvré au sein de différentes directions de l’industrie, du design, de l’horlogerie, du soulier et de la mode. Cette longue expérience lui confère de solides compétences et une expertise reconnue afin d’optimiser le développement des performances opérationnelles dans les domaines du marketing, de la gestion de la relation clients et de la supply chain.

Les savoir-faire traditionnels se perdent en Europe

Les métiers d’art et le luxe en Europe jouissent, à travers le monde, d’une prestigieuse réputation que l’on ne saurait contester et servent de vitrine à l’extérieur de nos frontières. Il suffit de constater le succès et les performances de certaines marques de luxe qui proposent des articles garantissant l’utilisation de savoir-faire traditionnels ou séculaires et qui bénéficient d’un exceptionnel pouvoir d’attraction.

En effet, l’industrie du luxe et les métiers d’art sont étroitement liés, car ces derniers sont de plus en plus tournés vers la création et le luxe. Ces Maisons et marques de luxe recherchent ces savoir-faire précieux, parfois rares, et participent, en partie, à la sauvegarde et à la pérennisation du patrimoine culturel. La parfaite maîtrise de savoir manuels d’excellence et l’expertise de l’ensemble des artisans ont fortement contribué au prestige et à la notoriété internationale de toute l’industrie européenne.

D’un autre côté, la triste réalité est qu’un pan entier de savoir-faire traditionnels a été perdu en Europe, du fait, entre autres, des productions hors des frontières européennes. Les délocalisations se sont dramatiquement accélérées depuis le début des années 2000 et les conséquences sont désastreuses pour les industries manufacturières qui se sont réduites comme peau de chagrin.

Le secteur de l’artisanat en Europe reste un modèle extrêmement fragile. En effet, l’artisanat ne peut survivre sans le marché du luxe. Et pourtant, on observe un appauvrissement des qualités de fabrication, avec, plus grave encore, une disparition de nombreux métiers d’art. D’où l’intérêt de s’interroger sur les perspectives à long terme de l’industrie artisanale. Un véritable cri d’alarme s’impose.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."