Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Les réseaux sociaux s'engagent contre la radicalisation en ligne

Suite aux tueries à Paris et à San Bernadino, les sociétés technologiques ont été mises sous pression par la Maison Blanche pour jouer un rôle plus actif dans la lutte contre la radicalisation sur Internet.

Selon des informations publiées dans Le Guardian et reprises par Le Monde, les plus hauts cadres de la sécurité nationale de l’administration du Président Obama - le directeur du FBI, le directeur de la NSA et le chef de la sécurité intérieure - se sont rendus à la Silicon Valley en janvier dernier pour rencontrer les géants du Web afin de réfléchir ensemble sur la manière de «rendre plus difficile l’utilisation d’Internet par les terroristes pour recruter, radicaliser ou mobiliser des individus.»

De nouvelles mesures se mettent déjà en place.

Google vient d’annoncer qu’il affichera des liens de contre-propagande lorsqu’un djihadiste en devenir fera une recherche utilisant des mots clés en lien avec l’extrémisme. Ils apparaîtront en haut de la page, sous forme de liens sponsorisés.

Dans un communiqué publié vendredi, Twitter révèle qu'il compte augmenter ses effectifs pour surveiller les extrémistes sur sa plateforme. Car comme tous les experts s’accordent à le dire, «il n’existe pas d’algorithme magique pour identifier le contenu terroriste sur internet.» 

La plateforme de microblogging qui compte 320 millions d’utilisateurs actifs a dévoilé pour la première fois avoir supprimé depuis mi 2015, plus de 125’000 comptes encourageant des actes de terrorisme et qu'il collabore depuis fin 2013 avec les forces de l’ordre de plusieurs pays et des associations non gouvernementales. 

Pour débusquer les contenus illicites, les réseaux sociaux comptent principalement sur leurs utilisateurs, mettant à leur disposition des liens de signalement associés à chaque publication ou des formulaires permettant de les dénoncer.  

A titre indicatif, les 1.5 milliard d’utilisateurs Facebook ont signalé 1 million de billets qui leur paraissaient suspects pour des raisons diverses. 

Et selon The TelegraphGoogle aurait reçu 100’000 alertes de la part de ses utilisateurs signalant des contenus inappropriés et aurait supprimé 14 millions de vidéos sur sa plateforme d'hébergement YouTube depuis 2014.

Des chiffres qui donnent le vertige et un aperçu de l’ampleur de la tâche.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."