Bernard Radon

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COACHING SYSTEMS SARL

"Il y a chez Bernard Radon une quête perpétuelle pour comprendre les mécanismes de la stratégie et du management. Mais comment s’y prend-t-il pour coucher sur papier ce foisonnement d’expériences d'accompagnement de cadres et de cadres dirigeants? Je crois qu’il s’amuse à noter ses idées sur un petit calepin imaginaire. Il les transcrit ensuite sur des petits morceaux d’étoffe qu’il range soigneusement dans une boîte. Et quand le besoin de publier se fait pressant, il les sort, les trie, les arrange et enfin les coud soigneusement les uns avec les autres pour en faire un patchwork très ordonné dont l’image est non seulement cohérente, mais aussi d’une pertinence logique qui interpelle ses lecteurs. Il dit d’ailleurs en substance dans ses différents livres que l’on apprend à connaître son environnement par touches successives, comme si on reliait entre eux les morceaux d’un vaste puzzle. Au final, après avoir pris du temps, acquis et comparé toutes nos connaissances, c’est l’image d’ensemble qui se dégage: les organisations humaines dans toute leur complexité".

Les psy français exportent leurs malheurs

Comment décrire l'inhumanité du travail en diabolisant le management ? Telle était le propos de la conférence de la psychologue française Marie Pezé, organisée par la dynamique association SRCoach, Société Romande de Coaching, en juin dernier. Nous avons décrypté pour vous la dramatisation du discours social dans un pays où il semble de moins en moins bon de vivre.

Mettre le drame en perspective

La conférencière commence par décrire le contexte du travail en France : des ouvriers aux bras broyés par les cadences infernales, les déprimes irréversibles et autres pathologies invalidantes. L'auditoire est bouleversé.

 Sauver la société

Heureusement, la psy française est à l'écoute de ces cabossés de la vie. Marie Pezé n'hésite pas à clamer : "Nous, les psychologue du travail, sommes à proximité, nous sommes de votre côté, les autres gagnent de l'argent" (sic).

La rupture du barrage

Maintenant que le public est conquis, les images arrivent par flots de patients que le management maltraite : les ouvriers dont on dévalorise le travail, les cadences infernales, bref la maltraitance généralisée… Les fausses vérités peuvent maintenant être déversées : la carrière et le pouvoir sont indéniablement liés, la productivité se fait à tout prix, le terme manager rime avec pervers. Marie Pezé persiste. Elle décrit ses patients qui se présentent les yeux hagards, en apnée, la peur au ventre. Des symptômes qu’elle n’avait vus que chez les mutilés du travail dont elle s’occupait au début de sa carrière. Elle décide alors d’aider ces patients "à comprendre le moment où leur travail est devenu difficile, abîmé, infaisable". Elle scotche le public dans le malheur et assure qu'elle est présente pour donner aux participants les outils nécessaires à aider ceux qui souffrent.

Des pistes pour mettre le malheur en perspective

Il ne s'agit pas de contester le malheur de certains de nos concitoyens, mais de rester attentif devant un discours manipulateur, parfaitement élaboré, qui fait appel à nos émotions pour en tirer les revenus du business de la misère. Un discours que pourraient envier les services de communication des multinationales tant le propos de Marie Pezé est efficace.

Une bibliographie d'apocalypse

  • Je suis debout bien que blessée : Les racines de la souffrance au travail, 12 avril 2014
  • Travailler à armes égales en co-écriture avec Rachel Saada
  • Le Deuxième Corps, 24 février 2002

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."