Mary Vacharidis

JOURNALISTE

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Les mba, atout n°1 pour les carrières internationales

D’après une étude publiée en 2016 par l’Office fédéral de la statistique, les salaires les plus élevés reviennent aux anciens étudiants des sciences économiques, dont le salaire annuel médian atteint, cinq ans après l’obtention du diplôme, quelque 96 000 francs. Suivent les diplômés en sciences informatiques: leur rémunération annuelle s’établit à 92 000 francs.

L’executive master in business administration (EMBA) est l’un des rares diplômes reconnus au niveau international. Ce certificat joue un rôle de levier pour décrocher un poste dans le pays où il a été effectué, notamment sur les marchés convoités d’Amérique ou d’Asie.

En règle générale, les inscrits à un cursus MBA sont âgés d’une quarantaine d’années et au bénéfice de quinze ans d’expérience professionnelle. Leur formation est le plus souvent financée par leur employeur qui maintient ainsi leur emploi. Ce faisant, il fait aussi un gros investissement: un MBA à plein temps dans l’une des meilleures écoles de commerce du monde peut coûter entre 30 000 et 200 000 dollars. Les projets développés durant le cursus sont alors destinés à servir les intérêts de la compagnie. Le rapport QS Top MBA évalue le retour sur investissement pour le titulaire d’un MBA européen à quelque 3,2 millions de francs sur vingt ans. Ce programme joue ordinairement un rôle de sésame pour accéder à la direction générale de l’entreprise.

Le principal aspect d’accélérateur de carrière du MBA réside dans le réseau de relations auquel il donne accès. Les contacts entre titulaires de tels diplômes s’organisent entre camarades de promotion, alumni et en maintenant des échanges avec les professeurs.

Toutefois, un bémol, le MBA n'a rien de démocratique. Par son prix et l’investissement personnel qu’il demande, ce cursus est réservé à une élite internationale.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."