Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Les investisseurs d’abord, Tsipras ensuite, les femmes et les enfants après

Comme disait l’autre: la différence entre les marchés boursiers ces derniers jours et le Titanic, c’est qu’au moins sur le Titanic, il y avait de la musique.

Je crois que c’est assez clair ce matin : TOUT, mais alors absolument TOUT va mal. La seule bonne nouvelle qui semble émerger au milieu de tout cela - et encore, je ne suis même pas certain que ce soit interprété comme une « bonne nouvelle – c'est que les experts en FED, en Yellen et en taux d’intérêts pensent que la hausse n’aura plus lieu en septembre, mais plus tard dans l’année. En effet, les Minutes du FOMC de mercredi soir on laissé entendre que la FED pensait qu’il était temps de monter les taux et qu’ils n’attendaient plus qu’un signe « inflationniste » pour le faire. Avec le pétrole qui perd 1 dollar par jour, l’inflation ne semble pas trop la problématique de l’économie américaine actuellement.

Mais passons ces nouvelles réjouissantes et attaquons-nous à tout ce qui va mal.

Ce qu’il y a de bien, c’est qu’il y a le choix, voici donc une liste de tout ce qui va mal et qui pourrait aller encore pire dans les jours qui viennent.

1)     Tsipras a démissionné… En ce qui concerne ce sujet-là, ça ne peut pas être pire, il a déjà démissionné, le pire serait peut-être qu’il soit réélu le 20 septembre. Il a donc rendu les plaques et le marché n’a pas aimé. Difficile de prendre position, toujours est-il qu’il laisse le peuple décider s’il le veut toujours aux commandes. On peut lui reconnaître ça. Je connais pas mal de chefs d’Etat en poste qui n’auraient pas les c… euh... le Courage de faire la même chose… Trop peur de se retrouver au chômage et de perdre son scooter. Peu importe, le marché n’a pas aimé.

2)     La Chine. C’est toujours un stress. Un stress qui fait craindre que la croissance mondiale soit moins en croissance. Que les efforts du Gouvernement ne suffisent pas. Que le marché chinois continue de baisser de 3% (minimum) par jour – c’est encore le cas ce matin.

3)     Le pétrole qui se fait taper dessus tous les jours un peu plus. Hier, on a frisé les 39$, mais on s’est arrêté à 40. Ce matin on est à 40.94$ - mais le négativisme reste bien présent sur le baril.

4)     L’or est une valeur refuge à nouveau. Ce qui veut tout dire sur l’état d’esprit des investisseurs.

5)     Le Dow Jones est passé SOUS les 17'000. Psychologiquement, c’est pas bon.

6)     Le S&P500 est en baisse pour l’année. Psychologiquement c’est pas bon non plus.

7)     Tout le monde se rue sur le 10 ans US, même si ça ne rapporte rien. Ce matin, le rendement est de 2.07%.

8)     La volatilité, la mesure du stress des investisseurs a pris 25% hier soir. Et elle est montée de 50% sur trois jours. On frise les 20% de volatilité, mais nous sommes encore loin des 85% de 2008.

9)     Les marchés Européens approchent de la zone que l’on qualifie de « correction ».

10)   Le QE de Draghi est de l’histoire ancienne. D’ailleurs, où est-il passé ? Est-il en train de s’occuper de vendre aux enchères les ports italiens ? Sans rire, le port de Capri est à vendre aux enchères.

11)   Les plus gros losers de la veille sont les FANG Stocks – autrement dit : Facebook, Apple, Netflix et Google. On se débarrasse des stars, ce n’est pas un signe de confiance.

12)   La biotech s’est fait mettre en pièce hier soir. L’ETF du secteur s’est pris 4% dans l’éprouvette.

13)   Et je pourrais continuer encore longtemps comme ça. Il n’y a que des mauvaises nouvelles. Tom McClellan, qui a déclaré le week-end passé que le marché allait être très très moche jusqu’en 2016, est en train de prendre les mesures pour faire couler une statue en bronze de lui-même afin de remplacer le Bull de Wall Street. En tous les cas, depuis que l’article a été publié sur le site de Marketwatch, on nous le ressert à toutes les sauces depuis. Il faut dire que, si le Krach se produit comme on nous l’annonce depuis le premier janvier, il aura eu le timing et le nez fin.

14)   La seule chose qui me rassure, c’est que tout le monde regarde le marché baisser en disant : « je vous l’avait dit » ou « on le savait ». Par contre, personne ne panique et tout le monde trouve ça normal. On n’est donc pas encore dans ce que l’on peut qualifier de krach-panique.

L’Asie est en baisse ce matin. Sans surprise.

PMI chinois au plus bas 

Le Japon plonge de 2.26%, Hong Kong de 2.30% et la Chine de 3%, et ce n’est pas terminé. La seconde partie du grand-huit asiatique se termine en fin de matinée chez nous. Et en plus du reste, les chiffres du PMI chinois ce matin étaient immondes. Pas surprenant tenant compte de tout ce qui se passe, mais immondes quand même. Le PMI chinois est au plus bas depuis 8 ans. Les économistes estiment que l’économie chinoise n’a pas encore « trouvé » le fond. En même temps, le jour où un économiste voit quelque chose, c’est qu’il a changé de lunettes.

Petit entrefilet au passage, Twitter est passé sous le prix de son IPO. C’est donc officiellement une « daube ». Même les investisseurs du premier jour perdent de l’argent. Tiens, au passage, plus personne ne parle de la valorisation de Snapchat ou d’Uber.

Des tonnes de poissons morts ont été trouvés aux abords du port de Tianjin, les autorités et les journalistes craignent que l’explosion de l’autre jour ait contaminé l’eau. Ce que j’adore, c’est qu’ils ont quand même un doute raisonnable que les poissons en question pourraient s’être suicidés et que les tonnes de cyanure vaporisées n’y est pour rien.

Le Barron’s revient sur les raisons du Sell-Off d’hier – et elles sont multiples, mais les Chinois et leur Yuan sont en bonne place. Le journal propose également 5 titres avec de jolis dividendes et des perspectives de rachat d’actions. Ce matin, tout le monde se fiche totalement de ce genre d’idée, vu que tout le monde est à la recherche d’un gilet de sauvetage. Néanmoins, Bed Bath & Beyond, General Dynamics, Deere, EMC et CarMax semblent attractifs.

Pour le reste, les médias commentent la baisse d’hier, la démission de Tsipras, la dépression des marchés et la fin du monde qui approche.

Pour les chiffres économiques du jour, nous aurons le climat de consommation en Allemagne, les manufacturing PMI’s et le PMI des services un peu partout dans le monde. S’ils sont à l’image de celui de la Chine, on est mal. Puis il y aura aussi la confiance du consommateur en Europe. Mis à part le PMI, ça sera calme aux USA cette après-midi.

Par contre, ce matin, ça commence dans la joie et la bonne humeur déjà. Un peu à l’image d’hier, les Futures sont en baisse de 0.5% sur le S&P500 et déjà de 1.5% sur le DAX et de 1% sur le CAC40. On commence en beauté et comme disait je ne sais plus quel colonel: « j’aime l’odeur du napalm au petit matin », qui pourrait se traduire, de nos jours, par « j’aime l’odeur des futures qui se font démonter de bon matin »…  L’Euro/dollar est à 1.1288, le yen est à 122.88, le rendement du 10 ans US est à 2.05%, le Bitcoin est à 231$ et l’Euro/Suisse est à 1.079. En gros, la BNS n’intervient pas, mais quoi qu’il se passe sur les monnaies dans le monde, l’Euro/Suisse est une monnaie à part, déconnectée du reste. Sur son île.

En tous les cas, la rentrée scolaire semble promise à des swings mémorables et nous nous préparons à passer un premier vendredi qui pourrait être entre gris clair et gris foncé.

En ce qui me concerne, je vous souhaite un très bon réveil, un café d’enfer, jogging dynamisant et si vous pouvez rester au lit, c’est encore mieux. Nous, on se retrouve lundi matin pour la suite de cette chronique et aussi dans la Tribune de Genève et 24 heures, dorénavant, tous les lundis.

Excellent week-end !

Thomas Veillet

Investir.ch                           

 

“Let me tell you something you already know. The world ain't all sunshine and rainbows. It's a very mean and nasty place and I don't care how tough you are it will beat you to your knees and keep you there permanently if you let it. You, me, or nobody is gonna hit as hard as life. But it ain't about how hard ya hit. It's about how hard you can get hit and keep moving forward. How much you can take and keep moving forward. That's how winning is done!”

 Rocky Balboa 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."