Laurent Bakhtiari

MARKET ANALYST

Laurent Bakhtiari est diplômé d’un Master en Finance d’Audencia Nantes et d’un Master en mathématiques quantitatives d’Imperial College London. Fort d’une expérience de plus de 10 ans en salle des marchés au sein de diverses institutions financières telles que Merrill Lynch, BNP Paribas et Credit Suisse, Laurent livre régulièrement, à destination des médias et des clients, des analyses de marchés ainsi que des analyses macro et microéconomiques.

Les 5 valeurs à surveiller en 2016

Comme nous l’avons fait l’année dernière, mon collègue Andreas Ruhlmann et moi-même avons choisi 5 valeurs qui, selon nous, vont surperformer le marché durant l’année 2016. Les voici avec notre raisonnement.

Long Wells Fargo

L’économie mondiale connaît des fortunes diverses. D’un côté, l’Europe et le Japon cherchent un second souffle, l’Asie tente de se remettre de ses déboires récents, tandis que les Etats-Unis profitent d’une reprise économique encore modeste. Toutefois, après la hausse des taux directeurs de la Fed de décembre, une, voire plusieurs autres, devraient suivre en 2016. Ainsi, l’idée serait ici de trouver des valeurs qui profiteraient de ces hausses de taux et de cette reprise.

Il apparaît clair que les banques américaines seront les mieux placées pour en tirer parti. En effet, la reprise économique, la baisse du chômage et la hausse (encore modeste) des salaires vont probablement engendrer une hausse des crédits. Ceci, associé à une ou plusieurs hausses de taux, va permettre aux banques d’augmenter leurs marges sur les taux d’intérêts et donc d’accroître leurs revenus.

Parmi tous les candidats qui peuvent en profiter (Citigroup, Morgan Stanley, etc…), notre action préférée est Wells Fargo, qui profitera pleinement de cette reprise étant donné que 100% de ses revenus proviennent des Etats-Unis, ce qui lui épargne également le risque de change. De plus, sa structure est grandement focalisée vers l’activité de prêts aux entreprises et aux particuliers, ce qui en fait un candidat idéal. Nous voyons l’action atteindre les 62 dollars d’ici à la fin de l’année 2016.

Long Logitech

Cette année, sentant que le crépuscule des PC est proche, l’entreprise vaudoise a décidé de se focaliser sur les smartphones, tablettes et les casques audio qui ont le vent en poupe, tandis que les ventes d’accessoires pour PC diminuent de 5%, par an, en moyenne. Elle a d’ailleurs même changé de nom pour Logi, pour la plupart de ses produits. Ainsi, elle a misé sur les quatre secteurs, qui, même s’ils ne représentent, pour le moment, que 25% des ventes, ont une croissance soutenue : les accessoires pour jeux, les caméras pour conférence et de surveillance, les haut-parleurs portables et les accessoires pour tablettes.

D’ailleurs, la saison des fêtes semble même avoir confirmé ce choix, pour la société. Même si Logitech publie ses chiffres en dollars et a été grandement impactée par le raffermissement du dollar contre l’euro, ces dernières années, elle semble avoir anticipé, pour le prochain exercice, un EUR/USD à la parité, ce qui lui laisse encore une dizaine de pourcents de marge. 

L’entreprise a donc toutes les chances d’atteindre ses objectifs pour l’année (résultat de 150 millions de dollars) et même de les dépasser. Il est à noter que son exercice se termine en mars. D’ici à la fin de l’année, le tournant pris par Logitech devrait commencer à porter ses fruits et nous estimons que le prix de Logitech pourrait atteindre les 17 CHF d’ici à la fin de l’année 2016.

Short EURUSD

A la fin de l’année 2015, la FED a décidé d’augmenter ses taux directeurs pour la première fois depuis juin 2006. C’est un fort pas en avant qui en appellera probablement d’autres en 2016.

En effet, la reprise économique aux Etats-Unis est là, et les fronts de l’emploi (5% de chômage) et de l’inflation (indice des prix à la consommation hors alimentation et énergie de 2%) restent vigoureux. Même avec un début d’année en demi-teinte sur les marchés, nous devrions avoir une embellie dans l’économie réelle, ce qui provoquerait une ou plusieurs hausses de taux.

À l’inverse, l’Europe reste embourbée dans son quantitative easing. Récemment, Mario Draghi a même décidé de le prolonger et de l’augmenter. Ceci crée mécaniquement une augmentation de la masse monétaire et provoque un affaiblissement des taux. Ceci se répercutera, bien évidemment, sur le cours de la monnaie unique. Ainsi, la différence de taux entre les deux monnaies va se creuser et nous pensons que nous verrons la parité sur l’EURUSD d’ici à la fin de l’année.

Short Richemont

Géographiquement, l’Asie est le marché du luxe le plus important du monde. Toutefois, il continue de souffrir et pourrait même se détériorer davantage. En effet, la Chine traverse une transition de sa politique monétaire mettant la pression sur sa devise, actuellement au plus bas niveau depuis plus de cinq ans.

Face à la pression déflationniste et la chute des exports, il n’est pas exclu de voir le renminbi s’affaiblir davantage. Cela rendrait évidemment les prix à l’importation des produits de luxe plus chers pour les Chinois. De plus, la bourse chinoise connaît un début d’année catastrophique en baisse de 20%, ce qui réduit l’effet de richesse sur les classes moyennes et supérieures, principaux consommateurs de produits de luxe.

Or, l’Asie est sur-représentée dans la répartition géographique du chiffre d’affaires de Richemont avec plus de 50%, tandis que les Etats-Unis représentent moins de 5%. Elle constitue de facto une exception dans cette industrie. Ainsi, étant donné qu’il n’est pas impossible de voir une croissance des ventes atones en Europe et baissières en Asie cette année, nous pouvons penser que l’action va baisser à 50 CHF d’ici à la fin du mois de décembre.

Short yuan chinois

La Chine est en train de vivre une décélération de son marché immobilier, des capacités de production surutilisées et une bulle sur son marché financier. Au vu de ses problèmes, le gouvernement chinois va très probablement de nouveau intervenir en 2016 en baissant les taux d’intérêts et les réserves obligatoires des banques, tout en laissant le yuan se déprécier davantage.

Nous pensons également que bien des événements en 2016 (tels que la crise des réfugiés, le Brexit, les élections américaines et la Chine) vont permettre à l’aversion au risque de rester bas, car les investisseurs ne voudront pas investir dans des conditions aussi volatiles. Dans ce contexte, nous pensons que le yen et le dollar seront les grands gagnants de cette année. Ainsi, nous privilégions les paires suivantes : long USD/CNH et short CNH/JPY, qui pourront atteindre d’ici à la fin de l’année respectivement 7.00 et 16.00.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."