Les 20 questions Ursula Meier

  • Ursula Meier Crédits: Ayse Yavas/Keystone
  • Bjork Crédits: George Hall/Corbis
  • Peugeot 205 Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

C’est une rencontre très culturelle en ce matin ensoleillé, sur la terrasse d’un palace lausannois avec Ursula Meier. Une réalisatrice de cinéma suisse qui compte, dans un pays plutôt invisible habituellement sur la scène internationale dans ce secteur.

Les trois longs métrages qu’elle a réalisés ont été primés, dont L’enfant d’en haut, Ours d’argent à la Berlinale 2012. Aux Etats-Unis, son film était dans la shortlist pour l’oscar du meilleur film étranger. Ursula vit entre Bruxelles et Lausanne dont elle adore les contrastes. 

1. Votre état d’esprit?

Fougueux, parce que je commence tout doucement à finir d’accompagner mon dernier film à l’étranger (plus d’un an et demi après sa première projection) et me plonge enfin dans de nouveaux projets. C’est très excitant.

2. Qui auriez-vous aimé être?

Je suis plutôt bien en moi-même, mais j’adorerais être durant une journée dans la peau de Bjork lorsqu’elle compose ou de Carson McCullers lorsqu’elle écrivait.

3. Ce que vous n’avez jamais osé?

Sauter en parachute. J’ai fait beaucoup d’avion et de planeur avec mon père et je me suis toujours dit qu’un jour je sauterai en parachute…

4. Votre plus grande honte?

De ne pas reconnaître certaines personnes même après les avoir rencontrées une dizaine de fois. Je ne suis pas du tout physionomiste, ce qui peut paraître très étrange étant donné ma profession…

5. Le plus beau moment?

En tournage sur un plateau, il y a parfois des moments très forts, rares, inexplicables, des états de grâce. Ce peut être tout à coup une lumière, un regard, un geste... Quelque chose se passe là, devant la caméra qui l’enregistre. C’est magique.

6. Votre plus grande bêtise?

Je suis très maladroite. Un jour (il y a pas mal d’années…), j’ai nettoyé ma voiture une vieille Peugeot 205, avec une éponge métallique…

7. Votre plus grande folie?

Il y en a trop…

8. Qu’avez-vous fait que personne ne sait?

Cela se passe complètement dans ma tête, dans mon imaginaire lorsque je commence à rêver à des personnages, à des situations, à des histoires… C’est un état que j’adore, en roue libre complet. C’est lors de ces moments-là que je sens qu’un film commence à naître.

9. Tuer par amour?

Je pense que ceux qui répondent non à cette question n’ont jamais connu la passion.

10. Les larmes?

Tout et son contraire.

11. Les rires?

Tout et son contraire.

12. La politique?

Elle a perdu beaucoup de son intérêt et de son sens. Je m’en suis un peu éloignée.

13. Un conseil à la Suisse?

Garder sa singularité sans se replier sur elle-même.

14. Votre citation préférée?

«Quand tu aimes, il faut partir. Quitte ta femme, quitte ton enfant. Quitte ton ami. Quitte ton amie. Quitte ton amante, quitte ton amant. Quand tu aimes, il faut partir.» Extrait d’un poème de Blaise Cendrars.

15. Le plus bel endroit?

L’espace imaginaire.

16. Avec qui aimeriez-vous dîner?

J’ai la chance de rencontrer des gens exceptionnels et passionnants tout le temps…

17. Votre équilibre personnel?

Il est «entre»…

18. Les rêves?

Je ne vis pas en rêvant mais au contraire j’ai l’impression de rêver en vivant…

19. Votre plus grande épreuve?

J’en ai tellement, mais tout est relatif.

20. Vous êtes impressionnée par?...

L’intelligence sous toutes ses formes. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."