Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

Les 10 règles d’or pour bien choisir sa chemise

La visite de l’atelier Hermès consacré à la confection de chemises sur mesure*, situé au nord-est de Paris, permet de découvrir un monde bien particulier: celui du luxe absolu. Les matières travaillées sont les plus délicates, les savoir-faire mis en oeuvre les plus rares, le temps une notion abstraite. La chemise la plus simple nécessite en effet pas moins de onze heures de travail méticuleux. Et donc tout cela a (évidemment) un prix: €590 au minimum.

Rien d’extravagant, à bien y regarder, au vu du coût de la matière première et de la main d’oeuvre. Sauf que construire sa garde-robe avec de tels standards n’est évidemment pas à la portée du premier venu. Reste une solution plus économique, le prêt-à-porter. On y trouve le meilleur comme le pire, le prix n’étant d’ailleurs pas un gage absolu de qualité. Tout l’art réside ainsi à identifier la valeur d’un produit à quelques détails qui n’en sont pas.

Voici donc - grâce à quelques (bons) exemples provenant d’un fournisseur de confiance, Preppy Luxury** - les 10 règles d’or pour bien choisir sa chemise.

  • Le tissu: un coton turc dans le cas présent, aux fibres longues et soyeuses
  • Les boutons: en nacre épaisse, avec une attention particulière accordée à la manière de les coudre (ici « Zampa di Gallina », soit patte de poule)

  • Les poignets: la version retenue dépend du type de la tenue (plus ou moins formelle). Le choix d’une doublure peut amener un peu de fantaisie, tout en restant discret.
  • Le col: comme les poignets, à choisir en fonction du type de la tenue. A noter qu’un col boutonné se porte sans cravate. La présence d’une triplure adéquate à l’intérieur du col - tout comme pour les poignets - en assure le bon maintient.
  • La coupe: à choisir en fonction de sa morphologie avant tout. La présence de pinces donne à la pièce une forme cintrée qui ne pardonne pas les excès de gourmandise.
  • Les baleines: indispensables à toute chemise de qualité, afin d’assurer au col une forme et un maintien impeccables.
  • Les raccords: un détail qui révèle le soin apporté (ou non) à la confection de la pièce. Les motifs du tissu - rayures ou carreaux - doivent être alignés entre l’épaule et la manche.
  • L’hirondelle: permet de renforcer la couture des deux pans de la chemise à un endroit fortement sollicité. L’occasion pour certains d’apposer discrètement leur « griffe ».
  • Les coutures: plus les points sont serrés (9 par centimètre dans le cas présent, un record!), plus les coutures affronteront - logiquement - les affres du temps sans vous lâcher.
  • Montage des manches: tout comme sur le côté de la chemise, un montage « à l’anglaise » - le must - ne comporte qu’une seule couture, fine et discrète.

Choisir sa chemise doit rester un plaisir… mais pour que celui-ci (et celle-ci) dure, mieux vaut avoir quelques règles élémentaires en tête!

* Lire le dernier supplément LUXE de Bilan, pp. 64 à 66

** Preppy Luxury, place du Marché 5, 1227 Carouge (www.pret-a-porter-masculin-geneve.com)

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."