Zaki Myret

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan.

Lecteur, lisons-nous en toi?

A nos lectrices et lecteurs, nous souhaitons dire notre gratitude et notre attachement: Bilan a connu de bons chiffres ces derniers mois, et c’est grâce à vous.

Selon le dernier sondage d’audience (MACH Basic 2016-1 / 2015-2), Bilan gagne 2000 lecteurs, pour en compter 50 000 en moyenne par édition. Dans un contexte d’érosion du lectorat de la presse écrite, cette consolidation est remarquable en soi.

Mais cet indicateur fluctuant ne suffirait pas, seul, à démontrer que nous sommes sur la bonne voie. Les ventes au numéro de Bilan, autre signal de votre intérêt, ont quant à elles bondi de 23% en 2015, contredisant les tendances, grâce à un effort soutenu en termes de visibilité et de pertinence éditoriale. Le site bilan.ch frôle le million de pages vues par mois. A fin février 2016, les visiteurs uniques ont pratiquement triplé sur douze mois. En cumulant les audiences web et papier, Bilan atteint aujourd’hui près de 130 000 lecteurs.

Nous souhaitons plus que jamais rester votre partenaire économique. En traitant de sujets qui vous touchent au quotidien, utiles dans votre univers professionnel, nous prenons notre mission au sérieux.

Notre défi? Continuer à gagner des abonnés au magazine. Complémentaire, il se démarque du contenu de notre site web. Il permet une lecture approfondie, offrant décryptages et conseils professionnels. Le site pour sa part traite l’actualité économique en continu, s’adossant à des vidéos et des blogs. Les deux médias offrent une réponse aux questions d’actualité sur l’économie et la finance.

La complexité grandissante des mécanismes qui régissent ce domaine permet à des phénomènes très importants – tels que la fraude fiscale ou le shadow banking system - d’échapper souvent à la vigilance du plus grand nombre, alors même qu’ils déterminent de manière croissante notre destinée.  

En termes de cible, l’étude MACH Basic montre que Bilan est le média leader pour les lecteurs intéressés par l’économie, la finance et les marchés, avec l’affinité la plus élevée auprès de ce lectorat. Signe que nous tenons notre promesse de référence de l’économie.  

Si l’audience est le graal, la rentabilité ne l’est pas moins, et tout média doit, à la fin de la journée, couvrir ses charges. Dans un contexte ardu pour le secteur, Bilan - papier et web réunis - a réussi fin 2015 à retrouver un bon équilibre opérationnel (Ebitda), après un passage délicat en 2014. A fin février 2016, le site bilan.ch est lui aussi quasiment à l’équilibre.

La maîtrise des coûts et la quête de nouveaux revenus ne doivent pas nous distraire des vrais défis de notre métier: répondre à vos intérêts tout en vous offrant une information crédible qui permette à la presse de continuer à prétendre à une place aussi indispensable que légitime au milieu d’un océan d’informations disponibles sur internet.

Fait réjouissant, les dirigeants de Tamedia ont réuni en avril les rédacteurs et rédactrices en chef du groupe pour parler de l’enjeu qui fera réellement la différence: la qualité du travail journalistique et les processus qui permettent  de l’assurer au quotidien, tant dans la vérification des sources que dans la distinction entre emplacements rédactionnels et emplacements publicitaires. 

Comme de nombreux métiers, le journalisme est mis en concurrence avec de multiples offres de lecture - souvent gratuites - et doit, plus que jamais, justifier son utilité. Cela nous incite à apprendre des meilleurs avec modestie et à sans cesse mieux travailler, pour vous mériter encore.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."