Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Le Washington Post a-t-il vendu son âme à Facebook?

Dans une démarche qui a fait frémir le monde de la presse, Facebook a annoncé en mai dernier avoir signé des accords avec quelques-uns des titres les plus prestigieux de la planète, pour publier une sélection de leurs articles au sein de sa propre application mobile iOS.

Parmi les 9 premiers participants aux Instant Articles de Facebook et non des moindres: The New York Times, The Washington Post, Buzzfeed, National Geographic, The Atlantic, The Guardian, BBC News, Der Spiegel et Bild

Les mois passant, comme l’activité semblait somnoler avec seuls 12,5% des utilisateurs ayant pu consulter les quelques articles parsemés, les craintes des éditeurs se sont dissipées. Jusqu’à mardi dernier lorsqu'un communiqué du "Washington Post" a fait l’effet d’un coup de tonnerre. Le quotidien le plus influent des Etats-Unis diffusera 100% de son contenu sur l’application mobile de Facebook.

Pour quelles raisons le "Washington Post" se donne-t-il ainsi tout entier à Facebook? Se dédoublant et garantissant une diminution de son propre trafic?

«Nous voulons atteindre les lecteurs actuels et futurs sur toutes les plateformes et leur offrir tout notre contenu, sans réserve et sans retenu. Le lancement des “Articles Instantanés” donne à ce public, très large, une lecture plus rapide et plus fluide», a expliqué Fred Ryan, éditeur du "Washington Post". 

Il est probable que Jeff Bezos, propriétaire du journal, ait joué un rôle dans cette décision. Le fondateur et PDG d’Amazon est un homme du Net et un futuriste dont l’empire a été fondé sur le commerce en ligne. Dans une lettre aux employés du journal en 2013, rapporte le journal "Les Inrocks", Bezos avait prévenu: «Internet transforme pratiquement chaque élément du métier de l’information (…) Nous allons devoir inventer, ce qui veut dire que nous allons expérimenter.»

Toutes les études s’accordent à constater la montée en puissance de Facebook comme la source principale des "Millennials" (18-33 ans) pour se tenir au courant de l'actualité. Et leurs smartphones, l’écran de prédilection pour la consulter.

Autres arguments et avantages d’un tel partenariat proposé par Facebook; les médias peuvent vendre leurs propres annonces et conserver la totalité des revenus publicitaires, ou laisser Facebook le faire à leur place et garder 70% du chiffre d’affaires. Mais surtout, faire bénéficier leurs lecteurs de l’optimisation graphique et de la rapidité de téléchargement de l’application iOS de Facebook (10 fois plus rapide que le Web mobile habituel). Et lorsqu’un article se télécharge rapidement, l’engagement des lecteurs est multiplié, ce qui fait grimper le trafic et augmente les revenus publicitaires.

Mais à quel prix? Les médias risquent de perdre leur identité, au profit du réseau social qui augmentera encore son influence avec un contenu de qualité. Ils seront également à la merci de l’algorithme de Facebook, qui détermine la visibilité des informations publiées dans le fil d’actualité de l’utilisateur, au détriment d’une diffusion complète, sans filtres.

La presse en ligne cherche encore un modèle économique viable et la proposition "Instant Articles" semble apporter une solution pour monétiser leur contenu.  

Mais le plus curieux dans cette évolution, c’est qu’après avoir bénéficié pendant plus de 20 ans de l’espace de liberté fabuleux que nous offre l'Internet, nous, les internautes et les médias, choisissons de nous retrouver dans l’environnement fermé de Facebook, un jardin clos où seuls les membres ont accès. Comme AOL et IBM.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."