Jacquinotflorencenb Web 2

CHRONIQUEUSE TENDANCES À LATÉLÉ.CH ET BLOGUEUSE POUR SECRETS OF STYLE.COM

Fashionista avertie, Florence Jacquinot est une Carrie Bradshaw Genevoise passionnée de style. Dotée d’une double Licence d'Histoire et d'Information ainsi que d'un Master en Intelligence Economique, cette ancienne dauphine de Miss France, a œuvré à la présence web de grands comptes en Suisse et aux relations publiques de marques horlogères. En 2 ans, forte d'un succès de 280 000 lecteurs, elle est passé de son propre blog aux plateaux télés romands et présente désormais une chroniqueuse tendances sur la chaîne La Télé où elle partage ses secrets de style. Retrouvez-donc ici toutes ses réflexions sur le monde de la mode.

Le shopping à haute rentabilité

Mise en situation: c’est samedi. Et comme nombre d’entre nous, vous vous apprêtez à battre le bitume des rues commerçantes, en véritable bataillon armé de cartes de crédit, pour réaliser vos achats d’automne ou glaner vos premières idées de cadeaux de Noël. Si le lèche-vitrine est un passe-temps, le shopping rondement mené peut désormais s’assimiler à une approche bien plus professionnelle de la dépense. Un concept d’ailleurs pas si farfelu!

Nous avons tous vécu ces faux achats coups de cœur, lors de ces journées sans véritable motivation, où l’erreur suprême aura été d’employer notre temps à errer le regard vague dans des rayons de boutiques, qui nous vantent tout le bonheur retrouvé grâce à ce nouveau pull trop branché. De retour à la maison, ledit pull tendance entamera sa longue carrière anonyme dans le fond de notre dressing, jusqu’à la saison suivante où - malheur - nous réaliserons, puisque son prix figure toujours sur son encolure, que nous n’avons trouvé aucune super occasion d’être ensemble, nous comme ce pull, branchés ! 

Une somme d’argent bien mal utilisée ! Surtout si la matière du délit était en cachemire ! Et on ne saura jamais si, grâce à ce pull, on aurait trouvé un nouveau boulot ou rencontré l’âme sœur. A vrai dire sûrement pas, parce que ce pull acheté sans y penser ne reflétait tellement pas notre personnalité, que celle-ci se sentait offusquée rien que d’imaginer le porter !

De l’autre extrémité de notre grille d’achats de l’année, se trouvent heureusement des acquisitions plus satisfaisantes, comme ce t-shirt moins cher qu’un plein de notre coupé-sport à la station service, et qui lui nous aime, autant que nous l’aimons ! Fidèle à nous-mêmes, il nous renvoie une image de nous rassurée, il nous ressemble, CQFD.

Dans ces deux exemples diamétralement et sciemment opposés, se cache une vérité : l’importance que l’objet de shopping a pour nous ne dépend souvent pas de son prix. Tous les fashion addicts de la planète vous le diront : le style n’est pas matière de prix mais de goût ! Donc si l’on pouvait dépenser sans compter, chose que j’ai moi-même tenté par pur souci d'éthique journalistique et d’implication dans la démonstration - c’est évident - on réaliserait que, vraiment, on peut adorer de qualité égale des objets qui n’en ont pas! Et pour en revenir à notre problématique, ce n’est ainsi ni la branchitude, ni le prix, ni la qualité d’un objet qui justifie son shopping!

Mais alors qu’est-ce donc ? Comment peut-on devenir expert es shopping quand on y emploie si peu de son temps ( enfin le vôtre, pas le mien, puisque je suis moi passée pro depuis longtemps dans cette catégorie)!

Et bien la magie de l’opération s’appelle l’indice de rentabilité !

Tout pareil que nos placements financiers, sans la longue formation en hedge funds. Ça se présente comme suit : un t-shirt chez H&M sera toujours et ce pour l'éternité une mauvaise dépense, ce même si, oui, il ne coûte que 9.90 francs, s’il ne sort jamais de l’armoire ! Alors qu’une pochette en cuir Hermès, qui porte deux zéros de plus à l'annonce du tarif, sera la meilleure des dépenses, si vous la portez chaque jour!

Le t-shirt, initialement très bon marché, va s’alourdir de son inutilité tout au long des jours de l’année où il aurait pu être sorti de sa pile propre. Alors que la pochette, qui elle sera grandement utile, rapportée aux 365 jours de l’année, ne vous coûtera plus que 2,71 francs par jour, soit moins onéreuse qu’un ticket de transport en commun. C'est cher les transports en commun, mais quand même moins que le plein! Alors de là, n’allez pas croire que j’incite forcément aux dépenses de luxe, puisque l’idéal serait de trouver des objets aussi accessibles que notre présent t-shirt, et que nous pourrions rendre utile chaque jour. Ce qui reviendrait à 2 centimes de dépense journalière sur 12 mois. Imbattable. Une réelle économie ! C’est un peu comme votre abonnement au fitness : c’est trop cher si vous n’y allez pas, mais c’est le meilleur tarif de divertissement possible si vous vous y rendez très souvent ( pour le sport et pour palier à la solitude de votre appartement en fin de journée).

Résultats de nos courses : apprendre à faire le point, et ce surtout en période de crise. Il faut déterminer ce dont nous avons vraiment besoin, peu importe le prix, puisqu’on saura le réduire à l’usure du temps qui passe. Et puis, pour les meilleurs gestionnaires d’entre nous, sachez enfin qu’un objet de luxe trouve une seconde vie en vide-dressing, à un tiers de sa valeur de départ, quand celui de supermarché, termine moins gâté dans la benne à recycler. De toute façon des deux on finira par se séparer, sans divorce difficile et sacrifice de deuxième pilier, parce que la consommation est affaire, comme un flux continu, de nouveauté!  

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."