Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Le premier Cybathlon aura lieu à Zurich

Le premier Cybathlon, un championnat pour les athlètes paralysés ou amputés et assistés par la robotique, aura lieu le 8 octobre 2016 à Zurich.  

Organisé par le pôle de recherche suisse en robotique (PRN), ces Jeux olympiques bioniques seront ouverts aux athlètes jusque-là exclus des compétitions internationales. 

Le professeur Robert Riener de l'École polytechnique fédérale de Zurich (ETH) lors d’un entretien avec la BBC: «Nous autoriserons l'utilisation de technologies qui ont été exclues des Jeux paralympiques jusqu'à présent», comme les prothèses bioniques, disposant de capteurs et de microprocesseurs, qui permettent des gestes naturels.

Pour se qualifier, tout participant doit être capable de contrôler lui-même le dispositif qui permet d’assister et d'augmenter sa performance, et d'avoir sa propre source d'énergie.

Les six épreuves prévues, dont vous trouverez les descriptifs ci-dessous, repris du site Humanoides, sont :

1.  Une course d'obstacles pour les concurrents marchant à l’aide d’un exosquelette (un équipement articulé et motorisé fixé sur le corps);

2.  Une course d’obstacles pour les participants en fauteuils roulants électriques;

3. Une épreuve d'athlétisme pour les participants avec des prothèses bioniques aux jambes;

4. Une course d’obstacles pour les participants avec des prothèses bioniques aux bras;

5.  Une course de cyclisme pour les participants paralysés suite à un traumatismes de la moelle épinière et utilisant des appareils à stimulation électrique;

6. Une course virtuelle contrôlée par le cerveau. Peut-être la plus impressionnante des catégories et qui s'adresse aux participants tétraplégiques. Ils seront équipés d’interfaces cerveau-machine qui leur permettront de contrôler un avatar avec la pensée. L’avatar virtuel participera à un jeu vidéo de course à cheval ou de voiture.

Deux médailles seront attribuées pour chaque épreuve, une pour le concurrent (dit pilote) et l'autre pour l'entreprise qui aura réalisé la technologie utilisée pour assister et augmenter sa performance.

Pour bon nombre d'entre nous, Oscar Pistorius incarne l'homme bionique. Surnommé «Blade Runner,» cet athlète plusieurs fois participants aux jeux paralympiques a été l'un des seuls concurrents qualifiés à la fois pour les Jeux paralympiques et olympiques en 2012. Mais le Sud-Africain est passé du statut de héros international à celui d'assassin présumé, après avoir été inculpé du meurtre de sa compagne. Son procès est toujours en cours à l'heure actuelle.

De nouveaux héros se profilent pour nous inspirer, dont la dernière en date est Adrianne Haslet-Davis, amputée d'une jambe suite à l'attaque à la bombe lors du Marathon de Boston en 2013. Elle a dansé à nouveau sur scène il y a 15 jours, grâce à une prothèse.

On la voit sur cette vidéo TED, auprès de Hugh Herr, considéré comme le pape de la prothèse bionique. Il est directeur du laboratoire de bio mécatronique du MIT et fondateur de BIOM, une société spécialisée dans le développement de prothèses bioniques.

Herr a été amputé des deux jambes sous le genou à l’adolescence au cours d’une excursion en montagne qui a mal tourné.

Dans une interview accordé au journal Le Point lors du salon Innorobo 2013 à Lyon, il décrit la sensation de porter ses prothèses : «Je peux courir avec mes jambes bioniques. Elles sont motorisées, puissantes et me propulse. C'est comme lorsque vous êtes à l'aéroport et que vous marchez sur le tapis roulant, et vous décollez. C'est la même impression.»

A titre personnel, Herr possède 8 prothèses, chacune pour un usage spécifique dont une pour la course, trois différentes pour la grimpe en montagne, une pour nager... Son objectif à long terme serait une seule prothèse qui pourrait s'adapter à plusieurs situations.

Au niveau des prothèses articulées, mais non motorisées, grâce aux imprimantes 3D, des ingénieurs, des pères de familles et même des ados, ont réussi à fabriquer des prothèses pour des bras ou des mains amputés, à faible coût, permettant aux patients de retrouver une certaine autonomie.

Le Project Daniel, au Soudan, sous l’impulsion de Mick Eberling, fondateur de l’organisation humanitaire Not Impossible, imprime en moyenne une prothèse rudimentaire par semaine pour un coût individuel d’environ 75 euros, dans une région du monde où des milliers de personnes ont perdu un membre lors de conflits (voir la vidéo - magnifique!).

Le domaine du design s’intéresse également aux prothèses, dont la société Bespoke Innovations. Elle fabrique des parures (dit Fairings) sur mesure pour des jambes artificielles qui sont conçues de façon personnelle et adaptées à chaque utilisateur. Elles sont de toute beauté

Pour en revenir au Cybathlon, cet événement devrait mettre en lumière les performances possibles de personnes paralysées ou mutilées et sensibilisera le grand public aux promesses de la robotique pour leur venir en aide.  

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."