Augustin Scott De Martinville

DESIGNER

Designer industriel, Augustin Scott de Martinville partage son temps entre son studio de design BIG-GAME fondé en 2004 avec Elric Petit et Grégoire Jeanmonod, et son activité de professeur à l'ECAL/Ecole cantonale d'art de Lausanne. A partir de 2008, il est responsable de la mise en place du Master of Advanced Studies en design et industrie du luxe qu'il dirige jusqu'en 2012. Il est aujourd'hui responsable du Master en design de produit.

Le luxe: inventer son métier

J'ai rencontré Matteo Gonet il y a quelques années alors que je cherchais à faire produire une pièce compliquée en verre soufflé.

Ce qui m'a d'emblée surpris en discutant avec ce verrier atypique, c’est son ouverture d’esprit. Tout le contraire de l'artisan qui ne veut pas s'écarter du savoir-faire qu’il maîtrise. J’avais plutôt l’impression de parler à un chercheur, un expérimentateur de génie et surtout un véritable passionné.

photo: Andreas Zimmermann

Et passionné, c'est un euphémisme, tant son parcours est édifiant.

Tessinois d'origine, Matteo a commencé à travailler le verre à 14 ans en faisant un apprentissage de chalumiste en Allemagne. Il devient ensuite compagnon, ce qui l’amène à sillonner la France, l'Allemagne, l'Italie, la Hollande et la République Tchèque pendant cinq ans. Il étudie même le design à la Rietveld Academie d’Amsterdam…

Carafe Hennessy, 2011
Pour Mathieu Lehanneur

A 20 ans il entre au CIRVA, le prestigieux Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques situé à Marseille, comme assistant, pour payer ses études de design. Son talent est vite reconnu et il prend la relève du souffleur de verre tchèque qui part à la retraite. Il travaille alors pendant quatre ans avec les plus grands noms du design contemporain, d’Ettore Sottsass aux frères Bouroullec. Voilà pour ce qui est du savoir-faire…

Bertrand, 2010
Pour Valentin Carron
Verre dichroïque, Acrylique
Pièce unique

Mais pour vraiment saisir ce qui le rend si unique, il faut visiter son atelier à Münchenstein, dans les environs de Bâle, où il s’est installé en 2008. Cet endroit extraordinaire est à la fois un lieu d’expérimentation et de production. On y trouve aussi bien des sculptures en train d’être réalisées pour les artistes contemporains les plus en vue, des séries d’objets pour des designers, que des étudiants travaillant sur des projets de recherche expérimentaux avec du verre en fusion. En parallèle, Matteo crée ses propres pièces. Entre le bruit des meules et la chaleur des fours, je suis à chaque fois émerveillé par le fourmillement des différents projets, mais surtout par son incroyable ouverture d’esprit.

Noeud vert et ambre, 2011
pour Jean-Michel Othoniel
Verre et métal
Pièce unique

A 33 ans, Matteo Gonet ne rentre décidément dans aucune case : artisan, artiste, designer ? Il préfère se qualifier d’entrepreneur. Mais avec des clients qui sont aussi variés que le château de Versailles, la maison Chanel ou le groupe Swatch pour lesquels il réalise tour à tour des prototypes, des petites séries ou des installations. Autant dire qu’il faut être flexible ! Et cela tombe bien : quel que soit le projet, on voit tout de suite que ce qui motive Matteo, c’est la curiosité et l’envie de repousser les limites de son savoir-faire. Et d’ailleurs, ce n’est pas un hasard si aujourd’hui sur la scène du design contemporain, tout le monde connaît Matteo Gonet.

La prochaine fois, je vous parlerai de deux designers québécois partis redécouvrir un savoir-faire typiquement italien : le terrazzo.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."