Jacques Lemoisson Lastone

HEAD GLOBAL MACRO & ALTERNATIVE INVESTMENT CHEZ CBH BANK

Jacques Lemoisson a pris ses fonctions au sein de la Compagnie Bancaire Helvétique depuis septembre 2018. Il a acquis une expérience internationale sur les marchés des actions auprès de la banque d’investissement JP Morgan à Londres et Paris, puis une expertise dans la banque privée et la gestion d’actifs chez Lombard Odier, puis chez Banque Cramer au poste de CIO à Genève. Tout au long de sa carrière, Jacques Lemoisson a développé une expertise en géopolitique, ainsi que dans les Fintech et le Blockchain. Ce banquier est diplômé de l’ESTACA (Ecole d’Ingénieur Aéronautique).

Le Libor est mort, vive le SOFR !

La hausse du LIBOR s’observe depuis plusieurs semaines. De nombreuses publications ont tenté de minimiser les effets de cette hausse du refinancement court-terme, alors que certains journaux tiraient le signal d’alarme. Rappelons que le Libor est taux de base de calcul pour 200 trillions de dollars d’emprunts des sociétés et à l’immobilier, en intégrant 1.2 trillions de dollars de crédits à la consommation.

Si le spread entre le swap et le taux Libor 3 mois est déjà supérieur au record atteint lors de la crise européenne de 2011, le tassement de la courbe des taux aux USA est carrément passé dans une autre dimension.

Début 2017, j’ai écrit qu’une inversion de la courbe des taux était possible aux USA en raison de l’impossibilité pour la FED et Trump de laisser la partie longue des taux partir à la hausse avec en parallèle la nécessité pour la FED de tenter une normalisation de sa politique monétaire. Cet effet de ciseaux provoque toujours un tassement, voire une inversion de la courbe.

La semaine dernière, le 10Y est passé sous les 2.80% et le spread 2ans – 10 ans a cassé son support des 50bps. La rupture a été consommée vendredi lorsque ce spread est passé sous les 48.78, ce qui laisse présage un objectif autour de 0.

La dernière inversion de la courbe des taux remonte à 2000, lors de l’implosion de bulle internet. Il faut également garder à l’esprit que les émissions de MBS dans les Subprimes ont doublé sur le Q1 2018 vs le Q1 2017 à 1.3Md$.

Les autorités américaines ont déjà pris l’ampleur du problème. Cette semaine, la FED de New York débutera la publication du SOFR : Le Secured Overnight Financing Rate. Le LIBOR est un « sondage » auprès de banques autorisées dont le SOFR diffère sur deux points:

-        Il sera basé sur le taux actuel des prêts entre banques

-        Il sera basé sur des crédits utilisant des emprunts d’états américains (US Treasuries) comme collatéral.

Ceci à trois conséquences:

-        Les Américains vont changer les règles du jeu afin de pouvoir avoir le contrôle des taux d’emprunts variables à court terme et éviter toute manipulation par des banques (cf l’affaire du  LIBOR)

-        La nécessité d’avoir des US Treasuries en collatéral devrait permettre de conserver l’attrait de la dette étatique américaine, surtout par les banques qui prêteront à taux variable basé sur le SOFR.

-        Enfin et surtout, la désaffection du LIBOR au profit du SOFR pourrait accélérer la hausse du LIBOR en raison de la vente de produits dont le LIBOR est la référence.

Devant les incertitudes géopolitiques et macro-économiques (cf une potentielle guerre commerciale), des taux américains devraient continuer à se tasser. Le remplacement du Libor par le SOFR ne ferait que confirmer la souveraineté américaine sur sa finance, laissant l’Europe à ses errements habituels. Il est clair que la Chine basculerait sous le Shibor, par exemple. A suivre donc, car Trump devrait également annoncer une dérégulation importante de la finance américaine donnant ainsi le coup de grâce à la finance européenne.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."