Nivez C Photoa

JOURNALISTE

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

Le jeûne: pour rester jeune

Je fais une cure de jus cette semaine, pour régénérer mes cellules et attaquer l’été en pleine forme. Pour cette cure, j’ai choisi un jeûne « hydrique » à base de jus de légumes/fruits complété par de l’eau et des tisanes. Que du liquide ! Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est rare d’avoir faim pendant une cure de jus.

Une cure de jus : c'est quoi ?

C’est un « demi-jeûne » composé uniquement de jus, riches en vitamines et nutriments apportés par les fruits et légumes (bio) fraîchement pressés à froid (les jus chauffés et stérilisés se conservent longtemps mais ont perdu leur intérêt nutritionnel). La cure de jus a une haute valeur nutritionnelle et un faible apport calorique (la mienne cette semaine tourne autour de 1000 calories par jour, c'est peu).

J'ai choisi une cure de 5 x 500 ml de jus de légumes et de fruits frais par jour. Avec une pause de 2h entre chaque jus. En cas de fringale, je bois quelques gorgées d’un autre jus plus riche, à base d’amandes et de noix (500 ml à répartir dans la journée). Au total : trois litres de jus par jour. Auquel j’ajoute 1,5 l d’eau et tisanes. Pas d’alcool, ni de thé ou café. Aucun excitants. Evidemment, le 1er jour, c’est difficile. Comment boire autant ? On a peur d’avoir faim. La vie sociale et les dîners en famille sont mis en berne. Pour autant, et pour l’avoir déjà expérimentée, la cure de jus est finalement assez facile. Le plus surprenant est de ne pas avoir faim.

Une cure : pourquoi  ?

Remettre son organisme au travail et le nettoyer, c’est le 1er objectif d’une cure de jus. Ce n’est pas pour rien qu’on qualifie ces cures de « détox ». En le privant des nutriments auxquels il est habitué (sucres, graisses), votre corps va trouver des solutions en puisant dans ses réserves (ses graisses) et en réactivant la plupart de ses systèmes. L’être humain est composé de 11 systèmes (lymphatique, osseux, cardio-vasculaires, endocrinien, respiratoire, etc.).

En sortant d’une cure, il est fréquent de constater que la peau les cheveux et les ongles sont plus beaux (système tégumentaire), la digestion est meilleure (système digestif), le sommeil plus récupérateur (système nerveux), toutes les fonctions vitales comme la circulation sanguine, la respiration ou l’excrétion, sont plus performantes. Au sommet des avantages, le système immunitaire en sort renforcé et le poids allégé. On est plus tonique, plus vif et rajeuni !

L’étude scientifique la plus récente publiée sur le « jeune intermittent » date du 7 juin 2015 aux Etats-Unis. Elle montre les effets bénéfiques de la restriction calorique dans la lutte contre les signes de dégénérescences liées à l’âge (la vision, l’ouïe, les articulations, les maladies du cerveau…). Dans le milieu scientifique et hospitalier, les vertus de la diète sont déjà connues et pratiquées sur des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Les chercheurs de l’université de Caroline du sud ont mis en évidence en juin 2014 qu’une restriction calorique de quelques jours aidait à réduire les effets négatifs de la chimiothérapie auprès des patients atteints de cancer, lesquels renouvelait leurs cellules souches et leurs leucocytes (globules blancs très présents dans le système immunitaire) plus rapidement. 

Pour couronner le tout, avec une cure, la balance affiche un poids en baisse en moyenne de 500 grammes par jour. Sur chaque kilo perdu, 50% sont de la graisse dont la fameuse graisse abdominale qui ne part jamais (malgré le sport).  Ici, le gras et les poignées d’amour s’évanouissent enfin. Tout la question ensuite est de ne pas les reprendre…

Et après ?

On sort d’une cure de jus transformé. Sur le plan physique et psychologique. On est allégé et on ne voit plus son assiette de la même façon. Chaque aliment est une nouvelle découverte et les saveurs explosent dans la bouche. Bonne nouvelle : les aliments gras et trop sucrés sont vite écoeurants. L’idée après une cure est de conserver au maximum cet état de grâce en réintégrant progressivement des aliments sains (c’est-à-dire peu transformés). On commence par remanger des légumes et des fruits. Puis des protéines comme les œufs et les viandes blanches, et enfin les sucres complexes (pain, céréales, quinoa). En ne perdant pas de vue le plaisir ! Les excès ne sont plus un problème à partir du moment où on les corrige par une courte restriction calorique (avec de bons jus…) Et un peu de sport ! Less is more…

Plus de lecture sur l’augmentation de la longévité par la restriction calorique ici.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."