<p>Executive chairman de Teads</p>

Executive chairman de Teads, Pierre Chappaz, 56 ans, préside depuis Genève, la plateforme de vidéo publicitaire mondiale. Créée en 2011, Teads (contraction de Technology et Advertising) est maintenant présent dans 18 pays et fournit sa technologie aux plus grands medias du monde dont Bilan.

Français, Pierre Chappaz est établi dans la région genevoise depuis 2000. Il a fondé le comparateur de prix sur Internet Kelkoo puis l’a revendu à Yahoo! en 2004. Après quelques mois à la présidence de Yahoo! Europe, il reprend l’initiative en fondant plusieurs startups (Wikio, Netvibes, Ebuzzing, Photobox...). Pierre est un blogueur très actif: visitez son blog personnel http://pierrechappaz.overblog.com/ et son blog politique libertarien.overblog.com.

Le dangereux "droit à l'oubli"

Quand on lit ce genre d'article, ça fait réfléchir! L'Europe semble sérieusement travailler sur une législation pour le "droit à l'oubli". C'est-à-dire le droit pour tout un chacun d'obtenir l'effacement de données le concernant sur Internet.

Et si le "droit à l'oubli" réclamé par de nombreux médias et politiques européens aboutissait en fait à gommer le passé? A effacer les faits qui dérangent? On voit bien la difficulté: où s'arrête le droit à l'oubli "légitime" (si tant est qu'il puisse exister) et où commence la réécriture de l'histoire?

Personnellement je n'ai jamais été à l'aise avec cette histoire de droit à l'oubli. Le débat est intéressant, mais les défenseurs de ce nouveau "droit" m'ont toujours paru mal connaître Internet, et sous-estimer les risques de dérive. Je suis très surpris que cela puisse devenir une loi, a fortiori une loi européenne.

Le projet européen me fait aussi peur qu'il fait peur aux archivistes. Ce qui peut apparaître comme une liberté nouvelle pourrait se retourner en son contraire: une société d'amnésie générale.

(Extrait de la pétition en ligne contre le projet de règlement européen sur les données personnelles)

La Commission européenne et le Parlement européen se préparent à adopter une solution radicale : un règlement qui obligera tous les organismes publics et privés à détruire ou à anonymiser ces données une fois que le traitement pour lequel elles auront été collectées sera achevé, ou passé un court délai. La commission veut ainsi assurer aux Européens un droit à l’oubli qui garantirait le respect de leur vie privée.
Ce règlement portera sur les données personnelles sur toutes leurs formes, informatiques ou papier. Il s’appliquera immédiatement et s’imposera aux législations nationales déjà en place.
Vous avez fini vos études ? L’école ou l’université éliminera votre dossier. Vous avez vendu un bien immobilier ? Les services du cadastre détruiront les traces de votre propriété. Vous n’êtes plus employé par votre entreprise ? Celle-ci supprimera les informations vous concernant (...)

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."