Fiorucci David

FONDATEUR DE LP3

David Fiorucci a occupé des postes de cadres supérieurs et de direction dans l’industrie, les entreprises de service, le service public et le domaine des finances. Il a plus de 25 ans d’expérience de conduite avec des teams de 5 à 50 personnes, ceci autant au sein de PME que de grandes entreprises nationales ou internationales. A l’aise avec une grande diversité culturelle, il a accompagné des mandats/projets/workshops dans différents pays : Suisse (trois régions linguistiques), France, Allemagne (Nord et Sud), Autriche. Ses axes sont la Transformation, le Leadership, le développement d’organisation, le développement du personnel, le développement durable, la gestion stratégique, l’animation et la formation. Au sein de Swiss Life Suisse, David Fiorucci a été, de janvier 2012 à juin 2016, membre de la direction, au siège de Zürich, responsable Learning & Development et a accompagné la Transformation. David Fiorucci est membre du conseil consultatif (Beirat) de l’association Suisse de formation pour les cadres (ASFC). Il a divers mandats d’enseignement au niveau supérieur (Diplôme fédéral RH, EMBA International Management and Leadership).

Le bon chef a une vision claire

Pour poursuivre notre voyage ("Leadership: pourquoi n'avons-nous pas l'impact souhaité?") je vous propose de nous arrêter un instant sur l’une des attentes des collaborateurs vis-à-vis d’un bon chef : qu’il ait une Vision claire.

Vous êtes-vous déjà posé ces questions : ai-je une vision ? quel sens est-ce que je veux donner à ma vie, à mes actions ? Mon travail a-t-il du sens pour moi ? Suis-je prêt à suivre mon chef ?

Les jeunes générations semblent mettre encore plus de poids sur ce thème. Cependant, depuis 25 ans, quand je pose la question du bon chef, je retrouve systématiquement le besoin de vision/de sens dans les réponses des collaborateurs.

« Vision » signifie – au sens large et dans le langage courant – la représentation idéale, créée activement, d’un objectif à atteindre dans l’avenir. Dans cette définition, la vision a généralement une connotation positive; elle est liée à l’activité et à la créativité.

Les collaborateurs attendent de leurs cadres dirigeants qu’ils aient une représentation claire du futur. Où allons-nous? Comment voulons-nous et devons-nous être perçus sur le marché dans cinq, dix, quinze ans?

Plus votre image de l’avenir est claire, plus elle est attrayante et plus elle est source d’ordre et d’inspiration au quotidien. De la vision naît la confiance.

A ce titre, j’illustre cette dimension avec la métaphore du voyage en voiture:

Imaginez que vous et moi devons aller en voiture en Autriche pour un workshop et nous devons parcourir environ 600 km. Vous êtes le chef et moi l’employé.

Vous arrivez avec votre voiture (une Volvo XC90 par exemple) et là en voyant votre voiture,  j’ai déjà un premier sentiment de confiance, de sécurité (comme métaphore, la voiture représente l’entreprise).

De plus, je remarque très vite que vous savez conduire (vous avez les compétences) et j’ai encore plus confiance… je m’endors sur le siège passager.

Deux heures se sont écoulées et je me réveille. Dans la discussion qui s’en suit vous me communiquez qu’il y a trois ans de cela vous avez passé vos vacances dans la région où nous allons. Ceci me donne à nouveau encore plus confiance. Peut-être vous ne connaissez pas le lieu exact mais vous avez une certaine expérience déjà. Je me rendors à vos côtés.

Une heure s’écoule à nouveau et en me réveillant, je donne un coup d’œil à la jauge à essence sur le tableau de bord et je remarque qu’elle est aux trois quarts vide. J’estime à 150 km l’autonomie qu’il vous reste.

Du coin de l’œil, vous avez constaté que j’ai regardé la jauge et vous me dite très calmement : « David ne te fais pas de soucis, la prochaine station d’essence est à 100 km. »

La prochaine étape est claire. Je suis à nouveau rassuré.

Cette petite histoire met en évidence les points clés en lien à la Vision.  Les collaborateurs attendent de leur chef qu’il soit comme un guide, qu’il ait une vision aussi claire que possible, mais surtout que la prochaine étape soit définie. La prochaine étape est claire.
Ceci donne de l’orientation, de la confiance, de la sécurité, un sens.

De plus, j’ai oublié de vous dire que près du lieu où nous allons faire le workshop en Autriche, il y a un vigneron qui possède un cépage très particulier et je me réjouis de passer par là.

Si dans votre vision vous arrivez à y associer des éléments positifs, vous allez créer une dynamique, un mouvement positif et les collaborateurs vont vous suivre et surtout regarder en avant et moins vers l’arrière.

Pour conclure, voici quelques conseils :

Réfléchissez à votre vision ; assurez-vous que la première étape soit claire ; communiquez et surtout assurez-vous que vos collaborateurs aient du succès et qu’ils soient conscients de leur contribution. Fêtez l’atteinte de cette première étape et annoncez la prochaine étape !

En outre, les 4 questions que je pose systématiquement quand je parle de vision avec mes équipes ou mes clients :

  • Qui sont nos clients ?
  • Comment veut-on être perçus par nos clients, quel est notre impact ?
  • Comment voulons-nous travailler en tant que team, qu’est-ce qui différencie notre team ?
  • Quelles sont les tendances (trends) qui vont avoir un impact sur notre activité ces prochaines années ?

Citation
«Il ne suffit pas d’avoir des visions. Encore faut-il les réaliser.» (Lisz Hirn, 1984)

 
 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."