Nivez C Photoa

JOURNALISTE

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

Le «Blisspoint» ou l’extase alimentaire

Le concept de « Blisspoint » en économie fait des émules. S’il n’avait aucune contrainte budgétaire, le consommateur dépenserait un certain montant, ni plus, ni moins. Ce montant précis représente le « Blisspoint » économique, autrement dit « l’extase » du consommateur.

Dans le même ordre d’idée, voici son jumeau: le « Blisspoint » alimentaire. On pourrait le traduire par « Point G » ou encore l'« extase » alimentaire. Ici, le « Blisspoint » représente le goût parfait : la dose idéale de sucre, de sel, de gras dans un aliment, ni plus, ni moins. Dans les 2 cas, en économie comme en nutrition, la seule recherche est le plaisir parfait, sans aucune contrainte extérieure. C'est l’intensité de l’expérience qui prime.

Cette recherche de l’extase alimentaire est très importante dans l’industrie agro-alimentaire, surtout lors de lancement de nouveaux produits. Pensez seulement au plaisir que vous avez ressenti la dernière fois que vous avez mangé une bonne pizza ou une fondue ? Vous aimeriez sans doute renouveler l’expérience…

Mais le concept, qui a fait les belles années de la grande distribution, a perdu de sa superbe. Aujourd’hui, les mangeurs veulent toujours du plaisir, mais ils veulent manger sain et protéger leur santé. L’obésité dans le monde a explosé, y compris en Suisse où un homme sur 2 en Suisse est en surpoids ou obèse (et 1 femme sur 3). Ce nouvel enjeu de santé publique rebat les cartes.

Désormais, pour qu’un aliment soit attractif, il faut qu’il contienne moins de sucres ajoutés, moins de sel et moins de gras. Comment rendre un aliment attractif, si l’on doit réduire ses additifs si addictifs ? La recherche de ce nouveau « point G » alimentaire est sur la table des grands producteurs et des multinationales comme Nestlé qui réduit progressivement les sucres ajoutés dans les céréales. Le Blisspoint alimentaire n’est plus seulement une question de goût mais aussi de société : pour réaliser l'expérience parfaite dans l'assiette, il en faut moins. « Less is More ».

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."