Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

Le bitcoin a-t-il sa place dans un portefeuille?

La monnaie virtuelle, créée en 2009, est certes encore jeune, mais elle gagne peu à peu en importance. Aujourd’hui, plus de 40 000 commerces acceptent les paiements en Bitcoin; parmi eux des établissements renommés tels qu’Expedia, Dell, Paypal, Uber, Airbnb, ou encore plus récemment Microsoft sur son Windows Store. Le bitcoin est même présent en Suisse avec son premier échange SBEX autorégulé par l’ARIF et son premier automate à la Crêperie des Pâquis, où vous pouvez échanger vos francs en Bitcoin, et vice versa. Vous pouvez également payer en bitcoin.

Les avantages de la cryptomonnaie

Le principal attrait de la cryptomonnaie est son coût moindre et sa rapidité d’exécution. En effet, les transactions par cartes de crédit coûtent 2 à 3 pourcents aux commerçants, alors que les échanges en bitcoin sont théoriquement gratuits. Il est toutefois recommandé de payer des frais de transaction pour une confirmation plus rapide de vos transactions et pour rémunérer les personnes qui font fonctionner le réseau Bitcoin. Généralement, le coût de base de 0.0001 Btc (= 2.5 cent US) suffit à exécuter des paiements en une dizaine de minutes. Pour quelques dollars, vous pouvez transférer des bitcoins à l’autre bout du monde en quelques secondes, et ce 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Toutes les transactions sont répertoriées dans la « chaîne en blocs », un livre comptable disponible publiquement en ligne. Celui-ci est complètement transparent, décentralisé, et surtout ne passe pas par des intermédiaires comme les banques, les gouvernements ou les autorités de régulations ; ce qui explique sa rapidité et son coût faible. Selon Oliver Bussmann, CIO de UBS, la technologie de la chaîne en blocs a le potentiel de massivement simplifier les processus bancaires et ses coûts. De Bill Gates à Ben lawsky, de plus en plus de personnes influentes reconnaissent également le potentiel de la monnaie virtuelle.

Le nombre de bitcoins est fixé à 21 millions, donc celui-ci ne peut être dévalué en en créant davantage, au contraire des monnaies fiduciaires. La guerre des devises menée par les banques centrales depuis la crise financière de 2008, n’est évidemment pas étrangère au succès de la monnaie électronique.

Quels sont ces risques?

En raison de son jeune âge, le bitcoin est illiquide et donc extrêmement volatil. Après un pic de $1000 atteint en novembre 2013, le bitcoin a depuis dégringolé continuellement, avec régulièrement des mouvements journaliers à deux chiffres. Un Bitcoin vaut aujourd’hui $225 comparé à $13 au 1er janvier 2013 et $725 au 1er janvier 2014.

L’autre problème provient de son anonymat, et donc son association aux transactions illégales ou fraudes fiscales, ce qui pourrait pousser les gouvernements à le régulariser. De plus, les scandales de piratages à répétition, tels que Mt Gox ou plus récemment Bistamp, ne font qu’aggraver la confiance en la monnaie virtuelle. Or, c’est justement la confiance qui en fera une monnaie en tant que telle. Une monnaie que de plus en plus de personnes seront disposées à utiliser.

A-t-il une place dans votre portefeuille?

A ce jour, la réponse est non. La volatilité extrême du bitcoin en fait une devise attractive pour les spéculateurs, mais bien trop excessive pour en faire un actif financier sérieux. Le bitcoin reste une devise expérimentale en développement constant ; il est donc difficile de lui attribuer une valeur intrinsèque. Si son utilisation répond à un besoin bien existant, d’énormes progrès en termes de sécurité et de régulation restent à faire. Son succès dépendra principalement de la progression de son taux d’adoption, et seule la stabilité lui assurera la confiance des commerçants et des utilisateurs et donc une pérennité.

Pour conclure, à part en fonds de portefeuille, ce qui aura l’effet d’un énorme « Put » de protection en cas de krach complet du système financier et capitaliste, le bitcoin présente peu d’intérêt pour l’investisseur à long terme. A l’inverse, avec un taux de volatilité bien supérieur aux instruments « classiques », les spéculateurs, à la recherche de mouvements dans les prix, y trouveront leur compte.

 

Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."